« Par ailleurs, le cinéma est une industrie » (1/10)


« Par ailleurs, le cinéma est une industrie ». André Malraux

Fameuse phrase clôturant le livre que Malraux consacrait à l’esthétique du cinéma, cette conclusion sibylline fait l’effet d’une sentence, un couperet voulant réveiller la conscience du lecteur. Cette phrase donne donc le sentiment d’une réalité morose à laquelle il faut se résoudre. A mon sens, le cinéma est un art et une industrie. C’est le seul art dont l’essence est industrielle. Inventé par des scientifiques, développé par des chimistes, mis en place par des mécaniciens, c’est le premier art dont l’origine, la naissance, est industrielle. Il ne faut en rien y voir quoique ce soit de négatif, c’est sa nature même.

Qui dit échelle industrielle dit commerce. Le cinéma a cela de particulier que son créateur a l’obligation de prendre en compte le spectateur. Il doit travailler en se demandant si le spectateur va apprécier son travail mais sans pour autant devenir esclave du spectateur. On en arrive à la dichotomie originelle du cinéma: art ou divertissement? (étant à mon sens LA question du cinéma, celle-ci fera sans doute l’objet d’autres articles, commentaires, débats…). L’artiste doit placer son curseur le plus intelligemment possible entre son envie personnelle et le goût du public. Longtemps, le débat à opposé les tenants d’un cinéma purement artistique à ceux d’un cinéma de divertissement. On a demandé de choisir son camp, d’être l’un OU l’autre, alors que l’essence même du cinéma est d’être l’un ET l’autre.

Le spectateur en revanche est libre de choisir la manière dont il regardera un film. Il peut voir un Hitchcock en se laissant porter par le suspense, l’intrigue, ou analyser tout le génie utiliser par Alf pour créer ces effets. J’aurai tendance à suggérer de faire l’un puis l’autre.

La vidéo peut conduire à repenser cette double face du cinéma. La simplicité de son utilisation et son faible coût peuvent lui permettre de s’extraire du caractère industriel, et donc commercial.

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans Les mots du cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Par ailleurs, le cinéma est une industrie » (1/10)

  1. Ping : Citizen Cannes ou la splendeur des statistiques – Domaine Public

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s