En direct du Forum des images


Salle de visionnage du Forum des images

Salle de visionnage du Forum des images

Le week-end dernier avait lieu la réouverture, après 4 ans de travaux, d’une institution à mon sens peu connue, le Forum des Images. 3 jours portes ouvertes qui sont un petit événement dans la vie des cinéphiles parisiens. L’occasion de se croiser, se toiser, se renifler. Le cinéphile, vivant dans le noir, a rarement l’opportunité de rencontrer ses semblables. Les journées portes ouvertes du Forum des Images en étaient une. Le Forum des images, si j’ai bien tout compris, a deux objectifs principaux. Le premier est de référencer toutes les images, films, documentaires faisant allusions de près ou de loin à la ville de Paris. Le deuxième est de promouvoir le cinéma de manière plus générale à travers des cycles (New York pour le premier, le désir pour le second, je crois), mais également, chose intéressante, avec l’Académie dite université populaire à travers des conférences, des discussions, des cours de cinéma, de débat… En clair, du grain à moudre. Un programme alléchant à suivre sur www.forumdesimages.fr .

Le Forum des images est touchant par ses problèmes d’identité, c’est une institution mal dans sa peau donc attachante. Dans la description même de sa raison d’être, on ressent sa difficulté de positionnement qui oscille entre la cinémathèque, le ciné-club, l’université et les salles d’arts et essais du quartier Latin. L’autre difficulté de positionnement est géographique. C’est pour moi l’aspect le plus idéaliste du Forum des images mais peut être aussi son échec. Le Forum des images est situé en plein cœur des Halles. L’idée a dû être double : mettre du culturel dans le marchand et mettre de la culture dans la banlieue, les Halles étant le point d’entrée principal dans Paris pour toutes les banlieues. Je crois qu’il y avait une vraie volonté de brassage social. Malheureusement, la réalité peut parfois briser les plus belles idées. Le public présent dans le Forum des Images était blanc et grisonnant, le public des galeries marchandes était coloré et jeune. La distance sociologique de ces deux mondes, malgré la toute proximité géographique, était frappante. Ce n’est qu’une impression d’un visiteur d’un jour. Aucune conclusion définitive.

Je crois que les lieux, l’architecture, influencent l’humeur des gens, leurs dispositions psychologiques. Les Halles sont un lieu bruyant, inesthétique, dense, vulgaire, mais aussi vivant et moderne. L’envie de cinéma peut-elle être stimulée par ce lieu ? Et si oui, quel cinéma ?

A noter déjà : le rendez-vous une fois tous les 2 mois avec Tavernier (conteur de génie !) avec une heure et demi d’anecdotes, de récits de rencontres d’extraits de ses dvd personnels et une rencontre le 13 décembre (aujourd’hui !) avec James Gray… Miam Miam.

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s