Cinéma du futur, Cinéma pour le futur


Spectateurs lanbdas / Acteurs du futur en puissance

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est des jours où la rage de l’impuissance nous étouffe, où la nouvelle génération dont nous sommes désespère de ce présent confisqué et de cet avenir pour le moins sombre. Il est des jours où la seule issue semble être l’une de ces deux uniques portes, dont l’une mène à la capitulation de la conscience et l’autre vers l’affrontement sauvage et sans issue. Quel est donc ce système qui nous fait payer le prix de ce dont nous ne sommes pas responsables, figurants dépossédés que nous sommes ? Quel est donc ce système dont les tenants, au jour du bilan (négatif) refusent encore de reconnaître leur culpabilité ? Les rats n’ont même pas l’intention de quitter le navire. On ne discutera pas ici de l’inhumaine répartition des richesses qui fait germer dans notre monde, aujourd’hui, les graines de son autodestruction au nom de l’économie, cette pseudo-science froide élévée au rang de credo universel. On ne parlera pas non plus de l’homo economicus, son produit décervelé qui, tout à lui-même, nuit en toute absence de conscience, dans sa quête éperdue du toujours plus.

Les mots vous paraissent forts ? Ils sont seulement la réalité sans marketing ou propagande, les cancers de l’authentique et du véridique, la manifestation du souvenir de ce qui aurait pu être si… Non, mieux vaut parler plutôt que de gémir, écrire plutôt que d’accepter ce que l’on ne nous propose pas. Plutôt que d’oublier en apparence, ou de hurler sans conséquence, cherchons cette troisième voie synonyme d’espoir… celle qui maintient que le meilleur est possible même s’il n’est pas certain. Un chemin qui nous rendrait un peu la fierté d’appartenir à ce monde et de s’en proclamer citoyen.

Le cinéma est, pour partie bien sûr, l’un de ceux là. En tant qu’objet social, il contient en lui-même le pire et le meilleur : liberté et conformisme, nouveauté et conservatisme, réflexion et passivité. S’il faut aujourd’hui malheureusement constater que bien des films tendent vers le « pire » ci-dessus décrit, il n’en reste pas moins que le cinéma autorise par principe l’émergence de réflexions nouvelles (bien que fictives ; comme la création de nouveaux modèles de société ou d’organisation future, ou encore, par exemple, un rappel de l’Histoire à l’aune de ce que nous vivons actuellement), et dotées d’un pouvoir signifiant extrêmement fort, eu égard à la puissance du média. Enfermé dans la salle sombre, le spectateur est totalement captif en quelque sorte et bien plus réceptif au message de l’écran quel qu’il soit. En raison de cette capacité inédite à véhiculer, le cinéma d’aujourd’hui peut porter l’espoir de ce que sera demain et susciter la réflexion (et pourquoi pas, in fine, l’action ?) de ses spectateurs. Mais ces derniers sont loin d’être passifs puisque le fait de choisir son film, objet de la réflexion, est une démarche proactive. On peut s’interroger sur la combinaison spectateur-film. Dans quelle mesure l’un dépend de l’autre et l’influence ? Toujours est-il que l’interaction ne peut être niée.

Alors nous, spectateurs lambdas, courrons dans les salles obscures voir ces films qui modifient notre regard ou l’ouvrent à d’autres horizons et propageons leur message autour de nous. Aussi infime soit-elle, peut être notre action participera de ce grand changement que nous espérons. Promouvons également la production de ces films réflexifs, sensibles, qui nous ramènent à l’essentiel et nous portent également très haut (cf. la puissance de l’humain dans les films des frères Dardenne par exemple, ou Les plages d’Agnès plus récemment, admirable de sensibilité et de justesse). Ils nous renforcent dans ce que nous voulons pour demain, et nous réincarnent dans cette société qui perd son sens.  

 Mathieu V.

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, Philosophons !, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Cinéma du futur, Cinéma pour le futur

  1. Elodie M. dit :

    Je prends une minute pour souligner la qualité de cet article et les vérités qui y sont énoncées!
    On partage cette même vision d’un cinéma qui éveille les consciences, que ce soit les frères Dardenne, ou un Ken Loach maître du cinéma contestataire… ou encore un de mes réalisateurs préférés, Kusturica dont j’attends impatiemment le grand retour avec un film à la hauteur de ‘Papa en voyage d’affaires’.
    D’ailleurs, je viens de lire qu’il aurait pour projet de faire tourner Javier Bardem dans le rôle du révolutionnaire mexicain Pancho Villa.

  2. eric g dit :

    Je viens de faire un tour sur le blog c’est plutôt sympa!
    Je me pose une question après lecture de ton article: jusqu’où peut aller l’impact d’un film? un film peut changer notre regard, nos idées, mais j’ai du mal à voir comment un film peut vraiment faire passer à l’action (exceptés les films de propagande).

  3. CINETHINKTANK dit :

    Hello eric et merci pour ton comment. je crois, et comme tu le dis, que notre regard et nos idees sont la première étape de l’action. On n’agit pas spontanément mais en vertu d’une finalité (idée, croyance, objectif)
    le fait communiquer, par ex ici-meme constitue cette première étape; Je crois également que les comportemenst collectifs sont avant-tout (mais aussi plus) une agrégation de comportements individueles. En modifiant ton regard et ton attitude, tu changes egalement les gens autour de toi, ou tu les influence à tout le moins.Tu ouvres les portes de leur propre reflexion qui peut les amener àchanger (ou pas d’ailleurs bien souvent)
    J’essaie juste de promouvoir le declic ! a+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s