La perception du sismographe


Un sismographe

1910. Paris, Rue Montmartre. Un son pétaradant arrête net façon « 123 soleil » tous les piétons. Les mains collées sur les oreilles, les passants s’interpellent les uns les autres en hurlant et grimaçant : « y’en a marre ! » ; « c’est si bruyant ! » ; « oui mais c’est magnifique ! ». L’événement attendu par certains, craint par d’autres, arrivera du bout de la rue : une automobile à moteur.

2009. Paris, même lieu. Embouteillage monstre, klaxons, travaux, personne ne s’arrête ni ne se retourne.

Notre acuité à percevoir les changements et surtout ce qu’ils impliquent n’est possible que lorsqu’ils sont à l’état embryonnaire. Lorsque le phénomène s’amplifie, nous ne le voyons plus. Étrange paradoxe : plus c’est présent, moins nous le ressentons et plus c’est gros, moins nous le voyons. Nous avons totalement intégré le bruit des voitures, nous ne l’entendons plus et pourtant, objectivement, il existe plus que jamais.

Quelqu’un m’a dit récemment que la vision des premiers hypermarchés fut pour lui un choc et une image : les caddies pleins ressemblent à des cercueils. Mis à part quelques illuminés que plus personne n’écoute, qui oserait encore faire cette comparaison ? La nouveauté rend lucide. Nous vivons dans une société de l’hyper consommation et pourtant quoi de plus ringard que de stigmatiser la « société de consommation ». Le phénomène est devenu trop grand, trop présent, trop partout et trop en chacun de nous pour que nous sachions le voir et même l’analyser.

Les artistes peuvent tenir ce rôle de sismographe. Leur sensibilité est comme un doigt posé sur le pouls du monde. Ils scrutent ses cadences, ses soubresauts, ses dérives. Lorsque l’aiguille s’emballe et qu’ils captent un mouvement, ils prennent la caméra, le pinceau, le crayon. Ils nous disent ce qu’ils ont ressenti. Tâchons et sachons écouter ces micro vibrations qui esquissent le monde de demain. Soyons nous-même à l’affût, aux aguets pour comprendre et agir si besoin. 

Le Dictateur de Chaplin a été écrit et tourné en 1939. Tout y est, il a tout ressenti, tout vu venir. Qu’en a-t-on fait ?

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans Philosophons !, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La perception du sismographe

  1. Pierre K dit :

    L »artiste » comme sismographe j’y crois pas trop. Après tout, les politiques, les sociologues, les philiosophes peuvent aussi scruter les dérivent.

    Je comprends mal pourquoi « les artistes » sont souvent mis sur un beaucoup se prennent un peu au sérieux, entrent dans des délires pas possibles, le tout mousser par la presse et autres, une sorte de star system comme ça.
    Beaucoup d' »artistes » font des films qui sont en ligne avec la société de consommation et vont ensuite se gaver à Cannes avec strass, paillette et champagne. Alors évidemment, ça fait plus envie qu’un boulot à l’usine, tout le monde voudrait être « artiste ».

    Ca me fait penser au peintre et artiste, Cy Twombly qui s’était dit « horrifié » (!) par le baiser laissé sur une de ses toiles (blanches) par une cambodgienne. La toile (blanche, immaculée) était estimée à 2m d’euros. Ca sent un peu l’escroquerie tout de même (et qu’on ne vienne pas me dire « non mais c’est parce que tu comprends l’artiste)

    On comprend que Charlie Chaplin, c’etait plus l’exception que la règle.
    Bref, parmi les « artistes », il y a donc pas mal d’intrus, et finalement pour les vrais artistes, ceux décrits dans l’article (qui est bien écrit d’ailleurs) on peut en effet se demander où ils sont et ce qu’on en a fait, parce que paradoxalement ceux-la font plus rarement la une, les gros titres et la montée des marches.

    • CINETHINKTANK dit :

      Salut Pierre,
      Tu commences à devenir un pilier du comptoir CTT. Ca fait
      plaisir et j’espère que ça continuera.
      J’ai autant de mal que toi avec le mot « artiste ». Il n’y a pas d’artiste, il y a des peintres, des cinéastes, des écrivains, des comédiens, des beaucoup de choses…mais on ne se décrète pas artiste…Celui qui le fait est un couillon. Mais voilà, c’est un mot générique que j’ai employé pour regrouper tous ces artisans de l’inutile. Le mot n’est pas beau mais il est pratique (tu l’utilises d’ailleurs 7 fois ;-).
      Sinon et c’est ce que j’ai écrit, oui tout le monde peut et doit se mettre dans la peau du sismographe pour capter ces petits changements car c’est lorsqu’ils sont à l’état de foetus que nous pouvons agir. Et seulement à ce moment là car après c’est trop tard.
      Donc oui tout le monde. mais « les artistes » sont peut être mieux à même pour 2 raisons simples. La première, c’est que leur travail (le mélange des couleurs, la construction d’un cadre…) les obligent à exercer leur sensibilité. Ils finissent sans doute par mieux ressentir les choses que d’autres. La deuxième raison est encore plus simple. Ils ont plus de temps que nous, les fourmis travailleuses, d’observer. Jean Renoir disait qu’il n’était pas plus sensible ou intelligent que les autres mais qu’il avait cette chance immense d’avoir le temps de regarder la vie.
      Il faut bien sur faire le tri entre les stars, les arrivistes et ceux dont je parle mais la sincérité se repère assez vite.
      Une dernière chose quand même. Il faut arrêter avec cette image qu’un artiste doit être forcément pauvre, triste et seul. Non, il peut aussi s’amuser (puisque ça fait parti de la vie) et de boire du champagne surtout s’il est invité! Pourquoi ça dérange tant?

      A bientôt

      Augustin B.

  2. Pierre K dit :

    Hi there,

    oui oui bien sur, je demande pas que l’artiste vive dans un carton et se saoule a la Amsterdam Navigator, mais c’est comme tout, faut un juste milieu, un peu d’humilité, c’est ce que je disais 2millions la toile blanche, c’est hard. (mais bon au final le marché de l’art, fonctionne comme le marché financier)

    Bon evidemment, je ne suis pas contre un verre de champagne..^^

    P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s