Slam du gouverné au gouvernant Ep 2


Slam ep 2

Encore un poème pour conjurer l’ère du temps

quelques mots qui sèment tout simplement

la douceur, la franchise, le sens et l’émotion,

la colère authentique qui ne vise aucun pardon

tous ces sentiments interdits dans le réel froid

celui que nous opposent les prêtres de la nouvelle foi

la religion de l’argent, la compassion comme faiblesse,

elle n’appartient qu’aux perdants cette sombre tristesse

de la mauvaise direction, de ces basses actions,

de la terrible absence, meurtre par omission  

ou par indifférence. J’ai froid. Mal à la conscience.

Comme tant d’entre nous, je ne reconnais pas,

je ne me reconnais plus, dans tant de défiance

à l’égard de l’humain et de ses espérances

Chaque jour plus de mépris, chaque jour plus de poids,

Comme autant de défis, à notre intelligence.

La vérité sciemment brouillée, maltraitée, tiraillée,

battue en brèche par le mensonge d’état

à en perdre la raison non ? (silence)

le double discours de ceux qui se permettent tout,

les Lefebvre les Besson, balançons donc des noms

cet immonde ragoût dans lequel la fange bout.

Ô non Messieurs, la peur n’est pas chez nous

Mais bel et bien dans ce qui vous sert de cœur.

Veuillez donc chercher d’abord en vous l’erreur

avant de nous amener tête baissée dans le piège

du repli, du petit. Vous n’y perdrez pas votre siège

peut-être même en sortirez-vous grandi

Après tout, l’impossible prend vie

lorsqu’il émane de votre bouche !

Assumez vos erreurs, ne bottez pas en touche

Et un soir enfin, face à votre glace

prononcez ce mot honni : « Autrui » en face

Peut-être alors vous commencerez

à nous ressembler, nous les gens du commun

les gens du quotidien, les humains,

ceux qui tentent jour après jour

d’insuffler quelque espoir, quelques gouttes d’amour

pour aller vers demain sans arrière-pensées

avec la spontanéité, le rêve bien accroché

d’un monde meilleur ici, ailleurs.

Il n’appartient qu’à ceux-là l’univers de demain

agitateurs de Toile, arpenteurs de scènes

acteurs de nos propres vies, la faim

chevillée au corps d’avaler les peines

surmonter les obstacles et progresser toujours.

N’est-ce donc pas naïf un simple poème

ou n’est-ce pas l’essence de notre différence ?

Semés, les mots s’aiment, ils vous aiment.

Mathieu V.

Publicités
Cet article, publié dans Passerelles entre les arts, Politique & Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Slam du gouverné au gouvernant Ep 2

  1. dom Corrieras dit :

    Wouaou ! Bravo Mathieu, c’est excellent.
    Dom

  2. clement van de velde dit :

    Ce texte m’a ému car il est beau.

    C.V d V.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s