Qui va tuer le vidéo club ?


Le vidéodrome rue du Temple (75010)

Le vidéo club à côté de chez moi, le dernier du quartier, a fermé. Alors évidemment, cette annonce n’a pas de quoi faire sauter la République, ni rien d’autre d’ailleurs. Cette brave Logique l’a emportée : la V.O.D remplacera les vidéo clubs et puis c’est tout. Ni regret, ni nostalgie, mais avant de tourner la page, une dernière question et quelques hypothèses. Pourquoi la disparition des vidéo clubs est-elle si peu médiatique et entraîne-t-elle si peu de mobilisation ? Une variante : pourquoi laisse-t-on mourir les vidéo clubs alors que tout est fait pour sauver les salles de cinéma ?

Pourtant, le vidéo club au même titre que la boulangerie, la boucherie, participent à la vie de quartier dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle doit être préservée. Un vidéo club est un lieu de passage, de brassage, de discussions, de rencontres, de drague et de culture. Et bien non, malgré tout cela, ils fermeront sans provoquer la moindre vaguelette. Trois douilles ont été retrouvées près du rideau de fer.

Les vidéo clubs ont toujours été les mal-aimés du monde du cinéma. Crime de lèse majesté, ils ont d’abord failli tuer les salles de cinéma dans les années 80. Charge accablante, les vidéo clubs ont créé le boulimique « cinéphage » (tendance Tarantino) en lieu et place du raffiné « cinéphile » des salles obscures. Le charme discret de la bourgeoisie.

Nous vivons malheureusement toujours dans une société faite pour et par la génération dite du « Baby-boom ». Ils ont réclamé et obtenu toutes les libertés pendant leur jeunesse. En vieillissant, ils ont obtenu le confort et la protection de leur patrimoine. Ils ont fermé le robinet des « Libertés » tout en laissant une ardoise que les générations suivantes devront régler. Pour eux, les vidéo clubs n’évoquent rien. Ils n’y ont que peu de souvenirs. En revanche, la salle de cinéma est le lieu de leurs premiers émois et reste à ce titre, intouchable. Aujourd’hui, à la tête des municipalités et des relais médiatiques, ils se battront pour sauver ou reprendre la salle de cinéma à l’agonie, mais ils ne se donneront pas la moindre peine pour aider le vidéo club de quartier. Passe ton bac d’abord.

Pour la plupart, les vidéo clubs sont tenus par des petits commerçants passionnés sans politique commerciale agressive. Les Majors n’ont pas la main sur le magot. Ils confient leurs films, à leurs sens pleins de potentiels, et ils n’obtiennent en retour que des pourboires. La V.O.D leur offre la possibilité de se passer de cet intermédiaire encombrant et de se servir à la source. Nous pouvons donc compter sur eux pour user de tous leurs talents de lobbyistes pour accélérer l’avènement de la V.O.D. Touche pas au grisbi !

Bref, le vidéo club sera victime d’avoir été prolo, jeune et indépendant. Est-ce le seul ?

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, Politique & Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Qui va tuer le vidéo club ?

  1. Largo dit :

    Vidéo Futur le leader, était un « gros » comme un autre. Ce que propose un vidéo-club, d’autres le font effectivement aussi bien. C’est juste dommage de perdre ce lieu de sociabilité. Là dessus, on est d’accord. Un peu comme les libraires, quoi. Sauf que des vidéo-clubs qui proposent autre chose que les blockbusters des 10 dernières années sont rares et depuis longtemps.

    Je ne regretterai jamais Vidéo Futur qui te fait payer deux fois plus cher pour avoir le droit de garder ton dvd une demi-journée de plus.

    En revanche, il est normal de se battre pour défendre l’expérience irremplaçable de la salle de cinéma, qui est aussi, faut-il le rappeler le rendez-vous galant ou amical par excellence ! Rien à voir avec cet espèce de complot 68ard que vous semblez vouloir monter en épingle !

  2. CINETHINKTANK dit :

    Merci pour votre message.
    Je pense comme vous que voir un film en salle est irremplaçable. Je ne souhaite pas voir opposer l’existence de la salle de cinéma et celle du vidéo club. Les deux sont des acteurs de la société. Dans cet article, je m’étonne juste du peu de cas fait à la rapide disparition des vidéo clubs. J’ai donc essayé d’en trouver quelques raisons et notamment celle que vous appelé « le complot 68ard ». Je ne parlerai pas de « complot » mais par contre je trouve effectivement que la chose Politique est fortement pensé pour et par cette génération. Il y a un déséquilibre démographique en leur faveur qui fait que les désirs de cette génération sont exaucés. Par exemple, les statistiques ont montré les plus de 50 ans ont voté très très majoritairement pour Nicolas Sarkozy. Les politiques sécuritaires et conservatrices ont donc, mathématiquement, de beaux jours devant elles…Ceci n’est qu’une raison parmi d’autres (et notamment celle de la facilité que permet la V.O.D).
    Structurellement, le marché de loueur est économiquement indépendant. Leur difficulté laisse de plus en plus la place à une chaîne comme Vidéo Futur…^qui effectivement ne fait pas dans la dentelle.

    A bientôt

    Augustin B.

  3. Francis dit :

    Le problème principal du video-club… ne nous le cachons pas, n’est pas la VOD, il y a un peu de téléchargement illégal qui le plombe actuellement, mais son vrai fossoyeur est YouPorn et consorts…
    En même temps je ne plains pas les ex-patrons de video-clubs (pas les simples gérants…) qui ont amassé suffisamment et ont sans doute trouvé d’autres biz tout aussi lucratifs…

    MF.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s