Black material, act II


La Théorie des cordes, de l’auteur espagnol José Carlos Somoza, est un superbe roman qui, sur fond de physique théorique, donne à lire 600 pages d’une histoire noire comme la roche. Ce livre donne des frissons dans le dos, au moins autant que la BO spectrale de Jonny Greenwood dans le grand film noir qu’est There Will be Blood. Au moins autant que l’album de drone/dark ambient The Betrayal of Light, fait par les norvégiens de Nordvargr/Drakh. Un disque magnifique, émouvant, fait de nappes sonores venues d’outre-tombe, qui se situe à la croisée du black metal et de la musique expérimentale.

Matthieu Z.

Publicités
Cet article, publié dans Gros son, Passerelles entre les arts, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s