Julie, Valérie, Maïwenn et les autres…


On le blâme, on le fouette mais quand c’est bon (le cinéma français), il faut le dire. Et en ce moment, je lui trouve une bonne pêche. Ce coup de sang revient principalement aux jeunes réalisatrices : Valérie Donzelli (La Guerre est déclarée) ; Maïwenn (Polisse) ; July Delpy (Le Skylab) ; Mia Hansen Love (Un Amour de jeunesse et Le Père de mes enfants) ; Céline Sciamma (Tomboy). Immense mention spéciale pour La Guerre est déclarée qui est une magnifique histoire d’amour. Ces films se sont enfin débarrassés des multiples sparadraps qui collaient aux chaussures du cinéma français : moins de pathos, moins petit-bourgeois, moins d’intellectualisme démonstratif, plus nerveux et enfin drôle. Ces films grattent l’humain par les nerfs et non plus par le débordement des sentiments. A leur manière, ils combattent.

Somme toute, une jolie tendance du cinéma français, même si la qualité formelle d’un The Chaser (premier film coréen) laissera encore longtemps rêveur.

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans The Movie Library, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Julie, Valérie, Maïwenn et les autres…

  1. CINETHINKTANK dit :

    Les yeux de sa mère de Thierry Klifa & Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu… ça gratte pas l’humain par les nerfs mais c’est bon aussi néanmoins 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s