« Les bons vœux de celui qui se cherche » – Un président hors-sol [3° épisode / 31 décembre 2009]


L’année s’ouvre avec les mouvements sociaux : l’Outre-mer se met en grève générale contre la vie chère à partir du 20 janvier en Guadeloupe puis du 5 février à la Martinique. Dans l’Hexagone les manifestations contre la politique économique et sociale rassemblent toujours plus d’un million de personnes les 29 janvier et 19 mars.

Les réformes avancent pourtant : la généralisation du revenu de solidarité active (RSA) la 1er juin est même salué au-delà de la majorité et la première loi Grenelle de l’environnement est adoptée le 23 juillet. Mais plusieurs travers demeurent : la frénésie d’annonces avec, le 7 janvier, la prochaine suppression du juge d’instruction ; la valse des fonctionnaires pas assez serviles avec, le 28 janvier, la mutation du préfet de la Manche pour avoir mal « géré » une manifestation contre la venue de Nicolas Sarkozy à Saint-Lô ; la saga des pantouflages de copains avec, le 26 février, la nomination de François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Elysée, à la tête du futur groupe Caisse d’Epargne-Banque populaire ; le clientélisme fiscal avec, en avril, la baisse de la TVA dans la restauration…

Côté politique, l’affaiblissement se poursuit. À l’extérieur, l’alignement complet sur les Américains se concrétise par la réintégration de la France au sein du commandement intégré de l’OTAN en mars et, le 2 avril, le G20 de Londres se livre à une mascarade pour faire croire à un renforcement de la régulation financière. À l’intérieur, le 15 janvier, la nomination du dégoulinant Xavier Bertrand au secrétariat général de l’UMP se révèle bientôt catastrophique et le remaniement sans cesse annoncé est enfin effectif le 23 juin… mais les parlementaires UMP arrivent à imposer le maintien de François Fillon à Matignon.

Le basculement se produit d’ailleurs en milieu d’année. Après le remaniement, le 26 juillet, alors qu’il fait du sport, Nicolas Sarkozy est victime d’un malaise vagal… dès lors l’opération, commencée en 2008, de re-présidentialisation est renforcée, il faut aussi faire moderne.

Pour les vœux de fin d’année, croyant donc faire moderne, le président au malaise vagal et à la gestion coûteuse de l’épidémie de grippe A, tombe dans le virtuel complet. Tout fait toc : le décor, le drapeau qui flotte en mélangeant celui de la France avec celui de l’Union européenne.  La mention change avec celle du site « elysee.fr » dont l’agencement et le look sont tout simplement copiés sur le site de la Maison Blanche. L’inspiration est la synthèse -illisible- entre le giscardisme triomphant et réformateur de 1974 et le chiraquisme déclinant de 2006.

Reste le désormais leitmotiv de 2008 que Nicolas Sarkozy répète le 31 décembre 2009 : « L’année qui s’achève a été difficile pour tous ». On va finir par croire qu’il y est pour quelque chose.

[À suivre]

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans Politique & Société, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s