Deshumanisation de l’être par les chiffres


22 pas me suffisent pour quitter les toilettes et retourner à mon bureau. Je ne dépasse jamais les 25 pas pour ce trajet fonctionnel et ne descend jamais en dessous de 20 pas.

Je travaille depuis 6 mois dans la même entreprise. J’y ai bu 240 cafés. Mangé 101 fois à la cantine. 2 fois dans une pizzéria. 11 fois dans une sandwicherie. Et 6 fois j’ai apporté ma nourriture.

Je compte tout. Je note avec un stylo bic tous ces chiffres. J’en ai des milliers qui se suivent docilement. Ils sont imprimés sur des cahiers à petits carreaux. Ces derniers envahissent mon studio de 18m². J’ai de moins en moins de place. Les chiffres s’imposent. Tout doucement… sans crier garde. Ils m’obsèdent. Je me réveille parfois la nuit pour m’assurer qu’ils ne vont pas m’attaquer dans mon sommeil.

Tout cela est du passé. La bataille est terminée.

Il a fallu un film pour devenir un homme libre. Un soir, j’ai emporté tous mes carnets à chiffres dans ma voiture. J’ai conduit très longtemps. Je n’ai pas compté le temps du trajet. Je me suis arrêté dans un champ. Et je les ai brûlés. Je les ai vus crever sous mes yeux. Ils criaient… un bruit infernal. J’ai attendu… je voulais être sûr qu’aucun d’entre eux n’avait échappé aux flammes. Puis je suis rentré chez moi. Il faisait jour. J’ai fermé les volets. Et j’ai dormi.

Le film qui m’a libéré est De bon matin.

Il s’agit d’un individu dont l’existence est envahie par les chiffres. Ils arrivent de partout. Et il ne peut les contrôler. Il pense les avoir dressés… en avoir fait des petits soldats dociles qui travailleront pour lui.  Qui lui permettront de construire une existence  enviable : Femme/Fils/Maison/Voiture/Bateau

Le personnage en question est interprété par le doux Jean-Piere Darroussin.

Il pense avoir fait le plus dur jusqu’au jour où le siège envoie un nouveau directeur accompagné d’un ambitieux à peine dépucelé.

Les nouveaux arrivants, hommes démangés par le désir d’identité glorieuse, réduisent le sympathique Darroussin en un chiffre. J’ai choisi le 12 dont la forme évoque dans mon esprit la silhouette de Darroussin. Sachez Mesdames les gourmandes qu’à propos de silhouette, 12 exhibe son torse dans ce film. Et que l’on aperçoit rapidement ses fesses.  Le torse est peu velu. Le ventre arrondi. La fesse n’est plus très ferme.

12 est beau.

Mais 12 n’en peut plus. Il est fatigué. Le 4 lui a mis une claque… Le 67 lui a fait une béquille et le 0 un violent coup de boule. 12 chancèle mais ne tombe pas encore. Il ne  se dérobe pas. 12 n’est pas d’accord. Il l’exprime haut et fort. Alors 6 et 8 commencent à s’agacer. Ils réfléchissent à des solutions pour faire flancher 12. Ce dernier a consacré beaucoup de temps à sa carrière. Il a gravi les échelons un par un. 12 a maintenant un bon poste. Ses clients l’apprécient.

6 et 8 vont le mettre  sous pression. « Écoute, 12… regarde les chiffres… tu les connais… Tout le service est au dessus de 5,6 et tu es à 5,2. Comment l’expliques-tu ? »

12 se fait piéger par des chiffres à virgule. Il sait que la virgule est lâche… qu’elle retourne sa veste  facilement… qu’elle vendrait sa mère…

« Vous savez aussi bien que moi que la virgule n’a pas de sens. »

6 et 8 sourient. « Alors là mon cher 12… tu nous surprends… tu es à côté de la plaque. Les virgules ont maintenant un nouveau statut. Tu aurais du lire le circulaire FGH33357. »

12 prend une décision. Il jette sa calculette Texas Instrument et la troque pour un flingue. Le genre d’objet qui n’aime pas compter. Qui est capable de mettre les chiffres à sa botte. Il a juste à montrer le bout de son nez.

6 et 8 seront dégommés. Comme des petites crotte rondes et lisses.

Cela fait 2 chiffres en moins. C’est un début. La lutte doit continuer. Descendons tous sur les pavés à la recherche des chiffres. Ils sont faciles à trouver. Ils s’exhibent fièrement à tous les coins de rue.  La guerre est en route… 12 en est l’annonciateur.

Hector

Publicités
Cet article, publié dans Politique & Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s