Kieślowski selon le Guide du Routard


Image

Ils sont comme ça, au Routard. Sans avoir l’air d’y toucher, ils te posent une petite bombe. Voyage après voyage, on les retrouve en photo, hilares, au dos de tous leurs guides. Ils forment une bien belle équipe, un peu potache, correcte et sans jalousie. Thierry par exemple n’a exprimé aucune amertume lorsqu’il a appris qu’il partait faire l’Ukraine à la place des Îles Galápagos confiées cette année à la jolie Mathilde.

La photo d’équipe témoigne d’un refus affiché de toute hiérarchie. Et pourtant, par un jeu malin de lumière et l’attribution d’un petit plus (ici un ballon et le pull autour du cou), nous distinguons sans mal que Philippe est à la barre du navire et que c’est lui qui palpe un maximum.

En tout cas, on part toujours rassuré en vacances en se disant que si des têtes si peu aventureuses et promptes à tomber dans tous les panneaux s’en sont sorties sans dommage, on n’a vraiment rien à craindre avec ce voyage…

Revenons à leur bombe. Je profitais d’une pause dans un restaurant en Pologne pour vérifier si Krzysztof Kieślowski avait été sélectionné dans les dix personnages considérés dignes d’une petite notule. Bonne surprise, il y était. Le texte de présentation est réussi. À propos du Décalogue : « l’un des films les plus brillants et intelligents des années 80 ». Et un peu plus loin : « les films de Kieślowski ne se racontent pas, ils vous coupent le souffle ». Bravo.

Ils terminent le texte par ces mots : « Kieslowski s’est suicidé après que le Jury de Cannes ne lui ait pas attribué la Palme d’or ». Pardon ? Kieślowski s’est suicidé à 55 ans pour ne pas avoir eu la Palme ! Dingue ! Scoop, même ! Je n’ai jamais entendu parler d’une telle histoire. Le geste de Pialat, oui, bien sûr, des jalousies, des sifflets, autant que vous voulez. Mais d’un suicide… jamais.

J’ai voulu creuser cette histoire quand même. Wikipédia parle d’une mort « prématurée », un blog évoque une « volonté de retrait », moi j’aurais dit un cancer des poumons car il fumait beaucoup.

Difficile d’en rester là. Premier doute dans la belle assurance du Routard : Kieślowski est mort en mars 1996 et sa dernière sélection à Cannes date de mai 1994 pour le film Rouge, soit 26 mois après. Un peu long pour un geste si désespéré.

Et puis, la vérité tombe, implacable. Il est mort d’une crise cardiaque. Les informations sont recoupées. Plus de doute. Me reste à comprendre le pourquoi d’une telle erreur, glauque au demeurant. La seule raison valable à mon sens : une bonne blague pour les faire rire au moment de la photo de groupe.

Bonnes vacances à tous, avec ou sans guide !

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, The Movie Library, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s