Essai de typologie des « méchantes » dans James Bond – épisode 3


En passant au cinéma, les « méchantes » vont devenir majoritairement séduisantes et user de leurs charmes pour vaincre. Elles demeurent toutefois dans des rôles de deuxième -voire troisième- plan, des faire-valoir, même quand elles sont de coriaces ennemies à vaincre. La fiction vient rappeler à l’ordre et indiquer la place de la femme : éternelle seconde.

Parmi ces femmes de main, il faut distinguer les simples utilités des véritables tueuses. Les simples utilités ne sont pas abattues par Bond, en revanche il les séduit ou jouit de leur corps.

Trois pré-génériques présentent des « femmes de main » : Bond arrache le haut du bikini d’une jolie femme sur une plage pour la menacer d’étranglement afin qu’elle révèle où est caché le chef du Spectre dans Les Diamants sont éternels (1971) ; il se réveille dans les bras d’une belle blonde qui prévient les tueurs soviétiques dès qu’il a le dos tourné dans L’Espion qui m’aimait (1977) et la secrétaire assassin de banquier préfère se suicider plutôt que de tomber entre les mains de la police ans Le Monde ne suffit pas (1999).

Miss Taro est une secrétaire traître avec qui Bond couche avant de la faire arrêter ; Bonita est une danseuse que Bond embrasse avant de s’en servir comme bouclier contre un bagarreur qui approche ; il combat érotiquement dans une piscine contre Bambi et Perle, deux geôlières athlétiques en bikini, avant de les livrer à la CIA ; il couche avec Rosie Carver, agente double, avant de la menacer quand il découvre sa trahison.

En ce qui concerne les véritables tueuses, à part Valenka, leur sort est réglé définitivement soit par Bond (Naomi), soit par leur patron lui-même qui n’hésite pas à s’en débarrasser (Jenny Flex et Pan Ho). Le point commun de toutes ces femmes est leur côté fatal. À la différence de la première figure, leur corps de rêve dissimule de noirs desseins. Le plus souvent, elles signifient leur disponibilité à Bond, mais pour mieux le trahir ou essayer de le tuer. La fourberie est leur métier. Maltraitées par leur patron comme par Bond, l’arrestation ou la mort vient les punir de leur audace et de leur initiative.

(à suivre…)

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans The Movie Library, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s