L’anti-pin-up


Dans Le Nom des gens de Michel Leclerc (2010), Bahia Benmahmoud (Sara Forestier) se retrouve à déambuler nue dans le métro. Elle est bientôt rejointe par Arthur Martin (Jacques Gamblin) qui la couvre de sa veste. Elle lui explique qu’elle s’est retrouvée ainsi par pure distraction : « Chuis trop brouillonne… J’ai l’esprit d’escalier, alors je pense à un truc puis ça me fait penser à un autre truc ! ».

La scène me rappelle le tableau Double Exposure de Homer Ansley (1895-1974), édité en carte postale en 1981. « Double exposition » signifie qu’il y a deux centres d’intérêt, deux « choses » à voir. L’ironie consiste à peindre des hommes plus afférés à photographier des monuments qui seront là encore pour des années et voire des siècles, alors qu’ils manquent le spectacle autrement plus éphémère d’une femme nue s’apprêtant à prendre le tramway.

Les deux scènes présentent de fortes similitudes. Les accessoires sont les mêmes ou presque, puisque les deux femmes portent un sac et des chaussures, celle d’Ansley ayant, en outre, un chapeau. Unité de lieu ensuite : elles vont, toutes les deux, emprunter les transports en commun, c’est-à-dire un lieu public où tout ce qui s’y passe est potentiellement vu par beaucoup de gens. Unité d’attitude enfin : elles déambulent nues sans se soucier de leur entourage.

Ces deux femmes sont l’exact contrepoint de la pin up telle que la dessine Art Frahm dans A Fare Loser (1953). Chez Ansley comme chez Michel Leclerc, les attributs classiques de la pin up, le visage souriant, l’air nunuche et les seins pigeonnants, sont invisibles. Leurs personnages représentent même l’anti pin-up par excellence : un physique loin des stéréotypes calibrés ; une nudité visible et qui s’assume ; une femme qui ne prend pas la pause, mais vaque à ses occupations malgré cette nudité ; une indifférence de l’entourage occupé ailleurs ou plus gêné que voyeur. C’est d’ailleurs pour cela que, dans la scène suivante, Arthur se débloque… en rhabillant Bahia.

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans Politique & Société, The Movie Library, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s