Vous avez tout pour vous, Frédéric Beigbeder !


Frédéric Beigbeder

Vous ne croyez pas? Publicitaire reconverti en romancier à succès, on vous sait doué pour les mots et doté d’un sens aiguisé de la formule. Chatouillé par vos mèches de dandy parisien, il faut bien admettre que, physiquement, vous êtes loin d’être moche. Puis accessoirement, vous devez avoir pas mal d’argent, ce qui ne gâche rien. En résumé, vous êtes riche d’attributs dont tant d’autres sont dépourvus, attributs qu’envieraient nombre de partenaires potentiels. Mais alors, ces partenaires, pourquoi vous être mis en tête de vouloir absolument les rémunérer en contrepartie d’une prestation sexuelle? Pourquoi cet appel des 343 salauds visant à légaliser la prostitution, dites? Lorsque vous proclamez que les femmes doivent pouvoir disposer de leur corps comme elles l’entendent, pensez-vous sincèrement que les femmes pratiquant la prostitution le fassent par choix? Ainsi, dans cette interview que vous avez accordée au Petit Journal la semaine dernière, on vous voit prendre d’extrêmes précautions pour employer les bons termes, afin d’être tout à fait sûr de vous faire comprendre. Mais cette manière précieuse de vous astreindre à faire passer le bon message ne trahirait-elle pas à quel point vous êtes à côté de la plaque? Pourquoi persister en outre à vous complaire dans la misère sexuelle que vous décrivez? Une misère sexuelle qu’on verrait plutôt coller à la peau d’un personnage à l’allure moins reluisante, comme, je ne sais pas moi, ce Michel Houellebecq que vous adulez tant par exemple! Non, décidément, je ne comprends pas. Il y a un tel décalage (dont vous ne vous apercevez sans doute pas) entre le personnage que vous êtes objectivement, poli-gentil-dandy-bon pédigrée, et celui que vous semblez vous être mis en tête d’incarner, sorte de rebelle subversif des temps modernes obnubilé par la postérité, que je ne peux pas comprendre. Peu de gens doivent comprendre au reste, hormis peut-être, et encore cela reste à vérifier, quelques miséreux sexuels auxquels il est si difficile de vous associer. Peut-être même pas vous au fond ne comprenez ce que vous êtes en train de faire, le merdier (pardon pour le vocabulaire) dans lequel vous vous êtes fourré avec cet appel nauséabond. En fin de compte, tout cela ne serait-il pas l’énergie gâchée d’un homme qui refuse de voir qu’il a tout pour lui? Un homme (tristement devenu) sans qualités, comme disait Musil.

Éléonore Dubois

Cet article, publié dans Marre !, Pipole, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s