Selfie chez le coiffeur


Selfie : façon désinvolte, voire dilettante et même carrément feignante de disserter sur le rapport entre image et identité ? Tentative de transformer l’enfer (c’est les autres – Sartre – les autres et leurs regards, leurs jugements) en paradis ? Affichage ? Aveu ? Étai pour estime de soi chancelante ? Ne plus être ce misérable petit tas de secrets (Malraux), donner l’impression de n’en n’avoir plus pour personne ?

Chez Leon coiffure

Il y a peu, je décide d’aller me faire couper les cheveux. Salon de coiffure – odeur sucrée dans l’air tiède – peignoir – serviette – shampoing – « c’est pas trop chaud ? » – « installez-vous là » – « qu’est-ce qu’on fait ? » – petites voix haut perchées qui chantent presque, agitation.

Résistant à l’envie de répondre « je m’en fous » à la question « qu’est-ce qu’on fait ? » (on ne sait jamais, il y a peut-être des coiffeuses taquines et je me retrouverais avec une coiffure façon Titeuf), je trouve « pareil en plus court » : clair, explicite et de toutes façons, j’ai déjà les cheveux courts alors c’est la seule option. Ah non, c’est vrai, il y aurait bien « plus court en bleu » mais je suis trop bêtement hétéro pour ça. Devant le miroir je ferais bien un selfie mais j’ai oublié mon téléphone. Tant pis, ce sera pour plus tard.

En hiver, j’aime bien l’ambiance tropicale et un peu nunuche des salons de coiffure, ambiance hybride entre le quotidien enchanté d’un film de Jacques Demy (prenons par exemple L’Evénement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune, 1973, avec Catherine Deneuve, Marcello Mastroianni, Micheline Presle, où Irène/Catherine Deneuve tient justement un salon de coiffure) et celui plus terre à terre de Muriel Robin, Le Salon de coiffure.

J’aime regarder des mains travailler. Alors j’en profite, je regarde : les mains qui virevoltent sous les spots, les mèches qui tombent, une foule de petits détails à droite, à gauche, derrière, devant, multipliés, renvoyés, fractalisés presque, par les miroirs partout. La bande son est bien aussi : petits morceaux de gazouillis, bribes de bavardages ou de paroles plus graves (comme Chez Léon coiffure, documentaire de François Lunel, 2009), sur fond de berceuse pour séchoir à cheveux, et, tout contre moi, le joli bruit des ciseaux coupant des mèches.

Joli mais presque inquiétant : ça crisse un peu.

Alors que je décide de ne pas chercher où se cache l’inquiétude ni pourquoi ni comment et de rester dans ma bubulle tiède, mon regard errant de détail en détail cerne tout d’un coup ma tête en entier. C’est la mienne ?

Toi qui a payé la gabelle
Un grain de sel dans tes cheveux 
(Brassens – Saturne)

Non mais là c’est pas un grain, c’est la moitié du paquet de gros sel !

Des petits cheveux blancs un peu partout ! Ils n’y étaient pas ce matin dans ma salle de bains. Comment est-ce possible ?

Plus du tout envie de selfie tout d’un coup !

Interloquée, je convoque la biologiste en moi. Elle ricane et me dit que la nature est bien faite : plus le temps passe, moins j’y vois, et sans les spots du salon de coiffure, je n’ai ni cheveux blancs, ni rides. Plus je vieillis, plus j’embellis.

A mes yeux, bien sûr !… Mais les autres comptent-ils tant ? (la biologiste est une fille méchante) Elle me suggère de faire un selfie flou. L’exact reflet de mon regard de presbyte débutante.

Voilà, c’était mon – comment l’appeler ? Textofie ? Selftext ? Selfie de texte ? Texte façon selfie ? SSS (Selfie Sans Smartphone) ? Selfie de vieille ? Je pense à Fanny Ardant, dans Les beaux jours (Marion Vernoux, 2012, avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte, Patrick Chesnais).

Les Beaux jours

Les beaux jours… tu parles ! Espérons juste qu’on évitera de finir en Tatie Danièle (Etienne Chatilliez, 1990, avec Tsilla Chelton, Catherine Jacob, Eric Prat) ou autres Vieux de la vieille (Gilles Grangier, 1960, avec Pierre Fresnay, Jean Gabin, Noël-Noël) !

Les vieux de la vieille

Anne Toromanoff

Cet article a été publié dans The Movie Library. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s