« James Bond contre Docteur No » et « Un million d’années avant J.-C. » : comment le cinéma s’empare d’un mythe


Quand, à la fin du XVe siècle, Sandro Botticelli peint « La Naissance de Vénus », il s’inspire de l’œuvre qu’Appelle a réalisé au IVe siècle avant Jésus-Christ. Les deux beautés qui m’en forment qu’une, Aphrodite comme Vénus, naissent des flots et sortent d’une énorme coquille Saint-Jacques. La mythologie raconte ainsi la naissance tourmentée de la déesse de la beauté : Ouranos cache ses enfants nés de Gaïa. Pour se venger, Gaïa arme le bras d’un de ses fils, le titan Cronos, qui castre Ouranos puis jette les testicules de son père dans la mer. La déesse de la beauté naît ainsi d’une écume formée autour des organes paternels…

AphroditeVenus

Deux films des années 1960 revisitent visuellement ce mythe. Dans « James Bond 007 contre Dr No », Honey Rider (Ursula Andress) surgit devant James Bond (Sean Connery) en sortant de l’eau simplement vêtue d’un bikini alors qu’elle s’adonne à la pêche aux coquillages. Dans « Un million d’années avant J.C. », Loana (Raquel Welch) pêche en « push-up » préhistorique le poisson avec ses copines quand elle aperçoit Tumak (John Richardson) épuisé sur le sable. Les cheveux de Honey et de Loana sont blonds comme le soleil, ils sont aussi longs et dénoués pour souligner leur sensualité. L’élément liquide, symbole de Mère nature, de protection et de pureté, est tout aussi présent, tant dans l’antiquité que sur grand écran, puisque toutes ces scènes se déroulent en bord de mer.

UrsulaRaquel

Enfin, chez Apelle et Botticelli, la coquille Saint-Jacques rappelait l’eau d’où est née la déesse et symbolisait sa fécondité. Le coquillage, d’une taille plus modeste au cinéma, devient l’objet de la quête de Honey et le recours de Loana pour appeler au secours les guerriers de sa tribu quand Tumak est attaqué par une tortue géante. Il faut noter qu’il s’agit, à chaque fois, d’une conque, ce coquillage en forme d’escargot avec une ouverture rose évoquant le sexe féminin, surdétermine les personnages. En parfaits hommes primitifs, James et Tumak ont d’ailleurs parfaitement compris le signal.

Marc Gauchée

Cet article, publié dans Passerelles entre les arts, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s