Dark Vador et l’ombre de Jack Lang


Le filon date un peu. D’il y a dix ans même. Car c’est du 18 octobre 2005 au 27 août 2006 que la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette (aujourd’hui Universcience depuis son rapprochement avec le Palais de la découverte) a accueilli l’exposition « Star Wars » qui a boosté ses entrées. Dix ans plus tard donc, le filon est à nouveau exploité. Le Louvre présente une exposition sur les « Mythes fondateurs d’Hercule à Dark Vador » et Le Monde publie un hors-série sur les « Empires » avec, en couverture, une illustration d’un étrange Janus composée de César et du même Dark Vador. En espérant que les entrées et les ventes suivent, que le (jeune) public se sentent concerné…

DarkVador

Avec cette irruption de Dark Vador au cœur d’institutions classiques, le cinéma continue à bousculer les catégories culturelles. Olivier Donnat, sociologue, l’avait expliqué (entretien pour le n°4 du Panorama des idées, « Bons baisers de la pop culture », juin 2015) : le cinéma venait déjà « des fêtes foraines, c’est à dire qu’il était à l’origine très éloigné du domaine de la culture. La Nouvelle vague et Les Cahiers du cinéma en ont fait un mode d’expression artistique comme un autre (…). Le cinéma vient donc faire bouger le vieux clivage entre haute et basse cultures sur lequel s’est construit le ministère de la Culture », il fait le lien avec les industries culturelles et sort la culture de son domaine à part.

En mettant à l’honneur Dark Vador, les deux institutions que sont Le Louvre et Le Monde, poursuivent ainsi l’œuvre du socialiste Jack Lang. Comme le rappelait également Olivier Donnat, Jack Lang, quand il était ministre de la culture à partir de 1981, a légitimé « les formes de pop culture qui étaient déjà légitimées par les milieux urbains, cultivés, jeunes et blancs » et a contribué « à liquider pour partie l’opposition haute culture-basse culture ou culture savante-culture populaire ». Le Louvre et Le Monde ne font pas autre chose, ils légitiment une culture vivante, portant un nouveau coup aux visions exclusivement patrimoniales de la culture… et à l’héritage toujours plus daté d’André Malraux.

Marc Gauchée

Cet article, publié dans Philosophons !, Politique & Société, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s