La nudité en caché-montré. Le dos (2/3)


Aujourd’hui une paire de fesses ne fait plus scandale. Mais il n’en a pas été toujours ainsi. Il y eu des étapes. En 1972, Michel Polnareff annonçait son concert à l’Olympia en révélant son derrière et provoquait une grande émotion. Moins de dix ans plus tard, lorsque les fesses de Myriam vantèrent les mérites d’un afficheur en 1981, les commentaires se portèrent presque plus sur la découverte de la méthode de « teasing » publicitaire. Notons, au passage, que les clichés machistes étaient respectés : l’homme montrait son cul pour faire activement sa propre promotion, mais la femme montrait le sien pour faire passivement la promotion d’un afficheur, car c’est lui « qui tient ses promesses ».

DosBis

Sur les affiches de cinéma, la nudité devient autorisée quand elle est vue de dos. Le corps nu et les fesses sont d’ailleurs d’autant plus visibles et remarqués que le visage de celle ou de celui qui les montre est caché. Ou presque… Là aussi, le traitement n’est pas identique pour l’homme et pour la femme. Sur l’affiche de « L’Homme est une femme comme les autres » (de Jean-Jacques Zilbermann, 1998), Antoine de Caunes a son visage de trois quart dos pour qu’on le reconnaisse. Le corps nu exhibé prend plus de valeur commerciale s’il appartient à quelqu’un de célèbre, il faut donc le reconnaître. Madalina Ghenea dans « Youth » (de Paolo Sorrentino) n’a pas cette chance, elle reste un corps sans visage.

Fesses

Mais la grande originalité de ces scènes de dos est qu’elles introduisent un troisième personnage : celle ou celui qui, de face, voit. Le consommateur qui regarde l’affiche voit certes un derrière, première récompense, mais il voit surtout quelqu’un qui voit « l’envers du décor ». Parce qu’il s’agit d’affiches destinées à la rue, celle ou celui qui regarde ne porte évidemment pas ses yeux vers le sexe du personnage de dos, au contraire, elle ou il les lève vers son visage. Peu importe, la promesse est là : en achetant une place de cinéma, le consommateur verra lui aussi « l’envers du décor », sa seconde récompense.

À suivre…

Marc Gauchée

Cet article, publié dans L'Envers du décor, Philosophons !, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La nudité en caché-montré. Le dos (2/3)

  1. Un admirateur dit :

    Très cher Marc, merci pour ce bel article !
    Une remarque : il me semble reconnaître le grain de peau de l’atrice Madalina Ghenea sur l’affiche du film « Youth », et non celui de Rachel Weisz.
    J’attends la suite de la série…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s