[Comme un écho] De l’utilité des fantasmes dans la vie conjugale, « Sept ans de réflexion » et « Frantic » (1/2)


septansfrantic1

Tout semble les opposer : l’ange blanc, Marilyn Monroe qui interprète la fille du dessus dans la comédie Sept ans de réflexion de Billy Wilder (1955) et l’ange noir, Emmanuelle Seigner qui interprète Michelle dans le thriller Frantic de Roman Polanski (1988). D’un côté, Billy Wilder raconte comment Richard Sherman (Tom Ewell), resté seul à New York est tenté par une relation adultérine avec sa blonde et troublante voisine. De l’autre Roman Polanski raconte comment Richard Walker (Harrison Ford) mène l’enquête avec la brune et troublante Michelle pour retrouver sa femme enlevée à Paris. Tout semble donc les opposer… sauf la relation qui unit, pour un temps, ces principaux personnages masculins avec ces principaux personnages féminins. Relation de tendresse et de désir, mais relation finalement chaste qui permet aux maris de revenir vers leur femme légitime, abandonnant les femmes fantasmées. Revue de détails.

Commençons par les similitudes entre ces messieurs. Ce sont tous les deux des pères de famille bourgeoise. Sherman travaille chez un éditeur, il est marié à Helen (Evelyn Keyes) depuis 7 ans et a un fils, Ricky (Tom Nolan). Quant à Walker, il est cardiologue, marié depuis 20 ans à Sondra (Betty Buckley) et a un fils, Richie, et une fille, Casey.

Ces deux hommes se retrouvent « célibataires » suite à des circonstances, certes très différentes : Sherman a emmené sa famille à la gare pour les vacances et reste donc seul à New York ; Walker revient à Paris avec sa femme -ils y avaient fait leur voyage de noces 20 ans auparavant- pour un colloque de médecins quand elle est enlevée, le laissant seul. Tous les deux se retrouvent livrés à eux-mêmes dans des moments particuliers, le genre des films faisant la différence : rituel saisonnier pour Sherman avec les vacances estivales, mais exception carrément flippante accentuée encore par la barrière de la langue pour Walker.

Le dernier point commun entre les deux maris est leur jalousie. Sherman soupçonne leur ami Tom McKenzie (Sonny Tufts) de courtiser Helen en vacances, ce qui l’amène à le mettre KO et Walker soupçonne le professeur Alembert de ne s’intéresser qu’à Sondra sous couvert d’invitation à déjeuner à la tour Eiffel, ce qui l’amène à décliner l’invitation.

Ensuite, les deux principaux personnages féminins ont en commun une part importante de mystère. D’abord, elles n’ont pas de patronyme, Marilyn Monroe joue simplement « la fille », on n’en saura pas plus. Emmanuelle Seigner s’appelle uniquement « Michelle », on n’en saura pas plus non plus, et Walker la découvre d’abord par sa voix laissée sur un répondeur. Elles ont un côté « bohème » : la première sous-loue juste pour l’été l’appartement au-dessus de celui des Sherman et la seconde est en co-location avec Sonia, une copine actuellement à Bangkok. Et elles ont toutes les deux des problèmes de clés : la fille avoue à Sherman : « J’ai oublié ma clé et je me suis permise d’appuyer sur votre sonnette, je me sens toute bête » et Michelle n’a plus ses clés puisqu’elles sont dans la valise qu’elle a échangée par méprise à l’aéroport avec celle, identique, de la femme de Walker et doit donc passer par la fenêtre via le toit.

Enfin, les deux intrigues se nouent à partir d’actes manqués. Dans Sept ans de réflexion, « véritable comédie psychanalytique » (La Robe de Marilyn, enquête sur une envolée mythique, François Bourin, 2014), les actes manqués… ne manquent pas : nous avons déjà cité l’oubli des clés ; le fils a laissé traîner ses patins à roulettes dans l’appartement provoquant la chute de son père ; la fille fait tomber un plant de tomate sur le fauteuil que Sherman, heureusement, venait juste de quitter et, surtout, la pagaie qu’a oublié le fils avant de partir en vacances. C’est autour de cette pagaie qui empêche Ricky de faire du canoë que Sherman se pose la question de rejoindre sa famille ou de rester à New York.

Dans Frantic, un acte manqué est à l’origine de tous les problèmes de Walker : à l’aéroport, Michelle a pris par erreur la valise blanche de Sondra, comme le dit un employé de la TWA au téléphone : « Les Samsonite se ressemblent toutes ». Or cette valise contient un détonateur électronique appelé Krytron que Michelle a passé en fraude, moyennant rémunération, pour des Arabes.

La fille et Michelle incarnent des fantasmes pour les deux hommes mariés et les mettent ainsi à l’épreuve…

Marc Gauchée

À suivre.

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s