Les intellectuels et la tentation fasciste


LePlusBelAge

Les classes préparatoires, vivier de tant de grosses têtes illustres, sont toujours auréolées d’une renommée prestigieuse. En lettres, ces deux années de classes prépas en lycée s’appellent « hypokhâgne » et « khâgne ». Le plus bel âge, film réalisé par Didier Haudepin (1995) d’après un scénario de Claire Mercier (tiré de son roman, Gallimard, 1995), vient tempérer le traditionnel enthousiasme républicain sur ce mode de sélection des élites et donne une des clés d’un certain fascisme qualifié d’« intellectuel ». Le film raconte le parcours de Delphine (Élodie Bouchez) en hypokhâgne à Paris. D’origine modeste, elle vit avec ses deux demi-frères et une mère à la dérive et va être témoin du suicide de Claude d’Alençon (Sophie Aubry), khâgneuse pourtant douée.

Sans doute par complexe « littéraire » face aux autres classes prépas comme « math sup », ces khâgneux sont enclins à se penser comme le dernier bastion de l’intelligence dans notre monde de brutes. Mais, cette élite est d’abord minée de l’intérieur par l’idée du concours d’entrée à l’École normale supérieure qui clôt l’année de khâgne. L’ambiance de compétition oblige les uns à se démarquer des autres. Certains professeurs donnent l’exemple et désignent les victimes. Olivier Stern, enseignant en lettres et en latin, demande son nom plusieurs fois à l’élève Jacquot puis lui lance : « Vous n’avez pas besoin de le répéter comme un perroquet ! ». Dès lors, personne ne s’épargne pour affirmer sa supériorité. Ainsi Brigitte (Delphine McCarty), l’une des hypokhâgneuses, dit crânement : « J’ai entrepris une relecture de Balzac, plus sémiologique ».

Delphine, un des rares rejetons populaire, ne se sent donc pas à sa place parmi tous ces « brillants » élèves : « Il n’y a que les beaux, les forts, les intelligents qui ont le droit d’exister. J’ai le sentiment d’être en trop ». D’autant plus que ces classes sont principalement fréquentées par deux types d’élèves : les « premiers de la classe » des lycées bourgeois de province qui ont obtenu une place dans la capitale et les enfants du tout-Paris intellectuel et artistique. Claude avait pourtant averti : « Ici, il faut savoir avant d’apprendre ». Car Delphine doit bosser dur alors que les autres ont l’air de réussir sans effort ou presque, en profitant de la Dolce vita du Quartier latin. Elle est donc vite fascinée par Axel (Melvil Poupaud), ex-copain de Claude, impitoyable, mou et poseur. Axel lui propose assez vite un marché à la redoutable perversité : il couchera avec elle si, auparavant, elle couche avec Bertrand (Gaël Morel), le timide frère de Claude.

Mais les khâgneux du Plus bel âge ne se contentent pas de s’entre-déchirer, ils reproduisent à l’extérieur ce qu’ils subissent à l’intérieur des classes prépas. Delphine est ainsi tentée, à un moment, d’en vouloir à sa mère qui n’a pas su la préparer à cette « épreuve » ou à ses demi-frères qui ignorent encore tout du monde impitoyable de l’esprit. Pour les plus faibles ou les plus lâches, le fascisme est la solution. Il leur permet de détourner la foudre vers des individus plus fragiles, de s’auto-promouvoir en « sur-homme » et de rejeter les autres en dehors de l’humanité. Dans son Discours de la servitude volontaire, Étienne de la Boétie décrivait le mécanisme de cette pyramide construite sur la haine. Les fascistes, mêmes « cultivés » et « intellectuels », se ressemblent tous. Ils « se contentent d’endurer le mal, pour en faire, non à celui qui le leur fait, mais bien à ceux qui, comme eux, l’endurent et n’y peuvent rien ».

Marc Gauchée.

Publicités
Cet article, publié dans Philosophons !, Politique & Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les intellectuels et la tentation fasciste

  1. Jean-Pierre Bacot dit :

    Excellente et surtout originale contribution à la la nécéssaire vigilance contre le retour de la bête immonde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s