[Sur les traces] Les Hôtels de la plage


afficheshotels

Dans Les Vacances de Monsieur Hulot (de Jacques Tati, 1953), ledit Monsieur Hulot va passer ses vacances à l’Hôtel de la plage de Saint-Marc-sur-Mer en Loire-Atlantique. Et dans L’Hôtel de la plage (de Michel Lang, 1978), plusieurs familles et générations se retrouvent pour le mois d’août dans ledit l’hôtel.

Comment ces hôtels qui existent toujours, gèrent leurs souvenirs d’avoir été des lieux de tournage ? Rien de plus simple à savoir ! Il suffit d’aller sur leur site internet.

Le souvenir assumé

Pour le film de Jacques Tati, le nom de l’hôtel est maintenant précédé de la mention de son rattachement économique, il s’intitule :  « Best Western Hôtel de la plage » (37 rue du commandant Charcot 44 600, Saint-Nazaire, reception@hoteldelaplage.fr).

Le tournage du début des années 1950 est assumé dans les textes qui présentent le lieu de résidence puisqu’il y est écrit qu’il s’agit du « Vrai Hôtel de La Plage à Saint-Marc-sur-Mer » ; que le restaurant ouvert le soir s’appelle « la plage de Monsieur Hulot » et que les terrasses des cafés du village offrent « une vue imprenable sur la Plage de Monsieur Hulot ».

Les visuels associés sont également explicites : la page d’accueil de l’hôtel représente même une silhouette sortant d’une fenêtre de toit, comme Monsieur Hulot dans le film et le logo du restaurant reproduit le personnage interprété par Jacques Tati.

hotelplagestmarc3

Dans les chambres, des photographies en noir et blanc rappellent l’esthétique du film de 1953.

hotelplagestmarc1

Enfin, en bord de mer, ultime preuve de ce souvenir de tournage très présent, se trouve la statue de Monsieur Hulot inaugurée en 1997… dont la pipe avait été immédiatement volée, remplacée seulement en 2004 et, depuis, à nouveau volée.

hotelplagestmarc2

Le souvenir discret

La situation est bien différente avec l’hôtel de la plage du film de Michel Lang qui s’appelle, en réalité, le Grand hôtel des bains (15 rue de l’Église, 29 241 Locquirec, reception@grand-hotel-des-bains.com).

Que ce soit sur le site internet ou dans la brochure de présentation à télécharger, le souvenir du tournage est juste mentionné sans plus. Et la mention ne semble là que pour cultiver la renommée du lieu puisqu’il est précisé que l’hôtel a servi  de décor au « célèbre » film L’Hôtel de la plage.

19772017

Et pour cause, il ne reste plus grand chose de l’ambiance décontractée et drague à gogo de 1978, car l’hôtel est devenu un « 4 étoiles » depuis sa rénovation en 1996, le transformant en résidence « haut de gamme ». La pension de famille de la fin du XIX° siècle avec 78 chambres est désormais un « bâtiment un style balnéaire de début du XX° siècle, souvent décrit de Nouvelle Angleterre »… avec 36 chambres. Finies les familles avec leurs embrouilles intergénérationnelles et leurs querelles d’amoureux, finies les petites chambres au papier peint incertain : « la métamorphose du Grand hôtel des bains apporte (…) une aura nouvelle, puisque dans cet hôtel aiment venir s’y reposer cinéastes, écrivains et artistes ». La brochure le répète : « l’hôtel a figuré dans de nombreuses revues de décoration et attire chaque année écrivains et artistes tous inspirés par sa situation de rêve ». Il n’est donc pas question de cultiver cet « été de porcelaine » de Mort Schuman,  interprété par Sophie Barjac dans le film de 1978.

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Crisis ? What crisis ?, L'Envers du décor, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s