[Sur les traces] Les jeux de Sodome et Brigitte Lahaie


CathyFilleSoumise1

Dans son livre de souvenirs, Moi, la scandaleuse (éditions Filipacchi, 1987), Brigitte Lahaie écrit qu’elle a « toujours refusé les jeux de Sodome, tant à la ville qu’à l’écran ». Elle précise qu’il y eut certes quelques exceptions dans sa vie privée, mais qu’il s’agissait d’autant d’« héroïques actes d’amour ». En effet, elle explique qu’elle ne voit pas « l’intérêt de souffrir pour faire plaisir même au plus gentil monsieur ». Cédric Grandguillot et Guillaume Le Dissez, les auteurs de Brigitte Lahaie. Les films de culte (Glénat, 2016) le confirment : Brigitte Lahaie dont la carrière pornographique commence en 1976 et se termine en 1980, s’est toujours fait doubler pour les scènes de sodomie. La sex-star française précise d’ailleurs que « les ‘raccords’ de pénétration anale sont les plus demandés ».

Ainsi, lorsque Finch (Alban Ceray) sodomise la baronne Solange (Brigitte Lahaie), non sur le piano comme l’écrivent Cédric Grandguillot et Guillaume Le Dissez trahis par leurs souvenirs, mais sur le dossier d’un fauteuil dans Parties fines (de Gérard Kikoïne, 1977), ce serait Danièle Azzalini (pseudo de Danièle David) qui la doublerait (comme dans Je suis à prendre de Francis Leroi, 1977). Notons que les historiens de l’âge d’or du X français ne sont pas d’accord puisqu’Edgard Baltzer écrit que la doublure dans Parties fines était Claudia Zante (in Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques, 16 et 35 mm, sous la direction de Christophe Bier, Serious Publishing, 2011).

PartiesFines2

Quoi qu’il en soit la succession de plans serrés sur le visage de la baronne Solange, de cadrages savamment tronqués et de plans très très rapprochés sur la seule « action » ne laissent aucun doute quant au doublage. Et c’est bien parce qu’il y a eu doublage que Gérard Kikoïne doit transgresser la règle d’Hervé Bazin sur le « montage interdit » (Qu’est-ce que le cinéma ?, éditions du Cerf, 1985) ! Quant à Brigitte Lahaie, elle ne peut que constater l’hypocrisie ambiante : « dans ce métier les filles qui acceptent la sodomie sur écran ont toujours été considérées à part. On leur refuse la plupart du temps leur statut de ‘comédienne’ comme si cette pratique, que j’ai toujours refusée, était plus infâmante que les moyens plus classiques de faire l’amour ».

Dans un souci tout encyclopédique, Edgard Baltzer affirme que la seule pénétration anale filmée de Brigitte Lahaie se trouve dans Cathy fille soumise de Robert Renzulli (dit Bob W. Sanders, 1977) et constitue une « scène partiellement truquée ». Qu’en est-il exactement ?

Cathy fille soumise fait partie des films du genre « Rape and revenge ». En français : une femme se fait violer et se venge. Ici la femme est Cathy (Erika Cool) : « À 18 ans j’ai voulu faire comme beaucoup d’autres filles,  avoir un studio, être indépendante. Malheureusement, dans ma famille, on était très bourgeois et très sévère sur le plan éducatif, mon père surtout. Il m’a coupé les vivres ». Elle est donc devenue prostituée pour Tony (Alban Ceray), s’est enfuie, mais son mac l’a rattrapé dans le petit village où elle s’était réfugiée et l’a violée avec deux complices. Le film raconte comment Cathy se venge et trouve l’amour dans les bras de Simon (Gabriel Pontello).

Juste avant de rencontrer Cathy, Simon s’envoie en l’air avec sa « copine » Mélanie interprétée par Brigitte Lahaie. Ils sont dans la paille d’une remorque de tracteur, Simon en prend un brin pour caresser Mélanie à l’intérieur des jambes. Elle lâche : « Oh, c’est bon, tu m’excites », elle répète « Ça m’excite » quand il la caresse plus directement, ce qui permet à Simon de typer le personnage : « Mais Mélanie, tu me répètes ça tous les jours ! ».

Passé le moment de surprise quand le tracteur démarre (« Eh, ah merde, mais il nous ramène à la ferme ! », oui parce que Simon est paysan. Si, si !), Simon entame un cunnilingus qui semble satisfaire Mélanie : « Oh oui, suce-moi, enfonce ta langue, plus loin ». Vrai ou stimulé, le plaisir de Brigitte Lahaie renvoie à ce qu’elle confiait sur « un plaisir essentiel et incomparable, à mes yeux : celui qu’un homme donne à une femme avec ses lèvres, sa langue et sa bouche toute entière ». En retour, Mélanie entreprend une fellation.

Mais Simon a une autre idée : « Retourne-toi, met-toi à quatre pattes ». Il ajoute paradoxalement : « Ne te retourne pas, fais-moi confiance, laisse-toi aller, je vais te faire des choses que tu ne soupçonnes même pas ». Car Mélanie -mais n’est-ce pas plutôt Brigitte Lahaie qui agit ?- est inquiète et jette un œil quand il prend un flacon de lubrifiant (1). Simon se veut rassurant : « Non, ne te retourne-pas, laisse-toi aller, excite-toi ». Docile, elle commence à se branler, sans écarter tout à fait ses craintes : « J’ai peur, tu sais bien que je n’ai jamais vu faire ça, j’ai peur de souffrir ». Là encore Simon se veut confiant : « Sois sans crainte ma chérie ».

CathyFilleSoumise4

Il lui introduit alors un doigt puis une sorte de carotte (?) dans l’anus, elle se retourne à nouveau (2), toujours peu rassurée, et lui, est sûr de son fait, se fait commentateur sportif : « Tu sens quelque chose ? Il est déjà en toi. J’accélère le mouvement. Je sens ton petit trou qui se dilate. Tu vois, tu jouis, le plaisir te gagne. C’est maintenant toi qui te trémousses afin de l’avoir plus profondément en toi » (3). La musique revient. Enfin il la prend en levrette avec la carotte dans l’anus (4) et elle lâche le rituel : « Je jouis ». « Moi aussi, je jouis » dit Simon qui éjacule sur le derrière de la belle : « Ah, c’est bon ».

CathyFilleSoumise3

Puis le tracteur croise Cathy… Et Simon, tout de suite intéressé, demande à Mélanie : « C’est ton amie ? ». Une hypothèse : même si Mélanie dévisage sa future rivale, comme la jalousie est un sentiment très étranger à son personnage, il se peut que ce dur regard aille, en fait, plutôt à Simon dont l’initiative l’aurait vraiment surprise et n’ait d’autre sens que : « Quel connard ! ».

Joe Gillis

Publicités
Cet article, publié dans Philosophons !, Pipole, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s