[Chrono] 2016/ L’Assemblée nationale rend enfin hommage à de vraies femmes


Il a fallu attendre le 19 octobre 2016 pour que l’image d’une femme ayant réellement existé entre à l’Assemblée nationale. C’est ce jour-là que Claude Bartolone, président de l’institution, a inauguré un buste d’Olympe de Gouges réalisé par les artistes Jeanne Spehar et Fabrice Gloux. Très peu de députées se sont emparées de l’événement pour illustrer leurs cartes de vœux. Marie-Françoise Clergeau (Loire-Atlantique) a commandé le modèle de carte diffusé, pour l’occasion, par le service de la communication de l’Assemblée où figure aussi une photographie de l’hémicycle avec toutes les députées de la 14e législature (2012-2017).Fanny Dombre-Coste (Hérault) et Valérie Rabault (Tarn-et-Garonne) ont fait réaliser leurs propres créations. Les deux députées insistent sur la portée de l’événement : « Première œuvre d’art à l’effigie d’une femme à l’Assemblée nationale » précise la première et « Première femme à être représentée en tant que personnage historique à l’Assemblée nationale »  indique la seconde qui mentionne également qu’Olympe de Gouges est née à Montauban dans le Tarn-et-Garonne.Il a aussi fallu attendre ce 19 octobre 2016 pour que trois plaques soient apposées sur les dossiers des bancs de l’hémicycle afin de rendre hommage à trois députées résistantes élues en 1945 : Marie-Claude Vaillant-Couturier, Rachel Lempereur et Marie-Madeleine Dienesch. Comme le déclare Claude Bartolone : « Désormais, la mémoire conservée par ces plaques ne sera plus exclusivement masculine ».Car, auparavant, comment étaient représentées les femmes au Palais Bourbon ? Des allégories, des nus et une victime ! D’abord, beaucoup de femmes figurent sous forme d’allégories. Marie Deraisme, l’une des premières femmes francs-maçonnes, pointait déjà ces « singulières inconséquences » : « En effet, toutes les fois qu’il s’agit de personnifier artistiquement un grand sentiment, une grande idée, on emprunte, de préférence  toute autre, la forme féminine, la considérant comme la plus propre à exprimer, avec le plus de pureté et d’élévation, le sublime, l’idéal. Eh bien ! Par une contradiction étrange, cette femme qui figure la Justice, n’obtient pas la justice ; cette femme qui figure la Liberté, ne jouit point de la liberté ; cette femme qui figure la Loi, a contre elle la loi » (Discours à l’occasion de l’inauguration du buste de la République des communes, au Pecq, 1882). D’autres femmes figurent sous la forme de « beautés » très dénudées. Il faut citer la sculpture du salon du départ que le président touche avant d’ouvrir la séance afin que celle-ci se déroule bien. Et ne pas oublier la femme nue de la buvette des parlementaires qui représente Marguerite Steinhell, l’amante à la fellation fatale du président de la République Félix Faure. Enfin, le comble se trouve dans la salle des pas perdus où un ensemble représente Paetus, un héros gaulois qui, pour éviter de tomber aux mains de l’ennemi, a tué sa femme Aria et se suicide !

Le buste d’Olympe de Gouges a été installé dans la salle des Quatre colonnes, à l’entrée du périmètre sacré. Avant, pour pénétrer dans les salons et accéder à l’hémicycle, il fallait passer entre un buste de Jean Jaurès, socialiste, et un buste d’Albert de Mun, catholique de droite. Aujourd’hui il faut passer entre le buste de Jean Jaurès qui a conservé sa place et celui d’Olympe de Gouges. La parité a ainsi remplacé le clivage gauche-droite… Emmanuel Macron a sûrement su en tirer toutes les conséquences quant à l’évolution de nos mœurs politiques.

Marc Gauchée

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Crisis ? What crisis ?, L'Envers du décor, Politique & Société, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s