[Comme un écho] Une femme nue dans la rue


À partir de la scène où Bahia Benmahmoud (Sara Forestier) déambule nue dans la rue puis dans le métro (Le Nom des gens de Michel Leclerc, 2010), j’étais déjà remonté vers quelques sources dessinées (« L’Anti-pin-up », cinethinktank.com, 17 février 2013). Bahia nue dans l’espace public, c’était bien « l’anti-pin-up » puisqu’elle, elle montrait tout et ne suscitait pourtant aucun de ces regards qui accompagnent immanquablement  la déambulation d’une pin-up. La nudité complète avait ce pouvoir alors qu’un seul sein dévoilé, quelques minutes auparavant, à la caisse d’un supermarché, provoquait le regard intéressé du client suivant.

Une scène comparable se déroulait dans On aura tout vu… près de 35 ans avant ! Ce film de Georges Lautner (1976) raconte l’histoire de François (Pierre Richard) qui a accepté de transformer le scénario du Miroir de l’âme, film sentimental, en La Vaginale, film X, pour obtenir le financement du producteur Bob Morlock (Jean-Pierre Marielle).

Or, quand  Marie-France (Arlette Emmery), la secrétaire de Morlock, vient chez François pour lui porter son billet d’avion pour Saint-Tropez, voilà qu’elle se déshabille en cachette. Elle doit cependant se cacher dans un placard quand des intrus font irruption dans l’appartement. Découverte, elle s’énerve et part comme elle est, toute nue dans la rue, bientôt rattrapée par Bob qui la couvre de sa veste.

FemmeNueOnAuraToutVu

En pleine vague pornographique, Marie-France se justifiait par la saturation de cul qui l’entourait : « Mais c’est de votre faute aussi, depuis deux ans que je tape vos saletés ! Y’a deux ans, j’étais pas comme ça, je travaillais chez IBM et puis j’ai tapé ‘Les Suceuses’, ‘Les Branleuses’, ‘Mets-y deux doigts’, ‘Non, mon petit chat n’est pas mort ‘ ! Et je me suis mise à rêver la nuit ! Y’a deux ans, la nuit, je rêvais de chiffres et vous savez à quoi je rêve maintenant, hein ? Vous savez à quoi je rêve ? ».

En 2010, Bahia se justifiait par son côté brouillonne : « C’est parce que y a le téléphone qu’a sonné j’étais juste en train d’enfiler un tee-shirt après y a le portable qui a sonné et, du coup, moi, j’ai lâché le tee-shirt… Chuis trop brouillonne… J’ai l’esprit d’escalier, alors, je pense à un truc, puis ça me fait penser à un autre truc… ».

FemmeNueLeNomDesGens

Dans les deux films, des hommes offrent leur veste pour couvrir ces femmes nues. Il est permis d’y voir le rôle stéréotypé du protecteur masculin, de l’homme qui ramène la femme à la conscience du monde qui l’entoure. Mais ce serait oublier que par son geste, Bob quitte sa posture cynique et répare ses erreurs vis-à-vis de sa secrétaire puisqu’en l’abreuvant  de pornographie, il est le principal responsable de sa nudité publique. Mais ce serait oublier que, dans la scène qui suit, Arthur (Jacques Gamblin) rhabille Bahia rentrés chez elle, non pas pour la ramener à la tenue sociale et correcte exigée, mais pour laisser monter son désir : « Une femme nue, c’est trop simple, tu comprends ? ». Et Arthur ne le regrette pas, il le reconnaît peu après : « Quand je repense à ma première nuit avec Bahia, je vois clairement l’image d’une explosion nucléaire sur l’atoll de Mururoa ».

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, Think positive, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s