Tournage X : le décor, l’amateur et le pirate


En 5 ans, de 1975 à 1980, le budget moyen d’un film pornographique est passé de 600 000 francs à 200 00 francs (Jacques Zimmer, article « Pornographie », Dictionnaire du cinéma populaire français sous la dir. de Christian-Marc Bosséno et Yannick Dehée, Nouveau monde, 2004).

Lorsque Gérard Kikoïne réalise Attention fillettes ! (1981) et Bourgeoise et pute (1982), le genre n’a pas encore complètement atteint ce qui deviendra, en 1983, la règle : une seule journée de tournage et un budget de 60 000 francs. Mais, question décors, cela n’empêche pas Gérard Kikoïne d’avoir recours aux astuces pour pallier son manque de moyens : l’amateur intéressé et le tournage pirate, car, selon lui, « le choix des décors est primordial » (Kikobook, le livre cul(te), éditions de l’Œil, 2016).

L’amateur intéressé

Dans Attention fillettes !, Karine (Marilyn Jess) part en vacances à Saint-Tropez, invitée par sa peu farouche copine Brigitte (Mika Barthel). Elle est très vite entraînée dans des péripéties sexuelles filmées par une bande d’oisifs et néanmoins queutards. À un moment, la bande a rendez-vous avec Wilfrid sur ses bateaux. Selon Gérard Kikoïne, le propriétaire était un admirateur de Marilyn Jess et a offert la location à condition qu’elle reste à côté de lui pendant qu’il pilote son hors-bord cigarette dans la baie des Canoubiers. Un très bref plan permet de confirmer les propos du réalisateur.

AttentionFillettesA

Le tournage pirate

Dans Bourgeoise et pute, la encore sage Muriel (Cathy Ménard) remplace sa sœur jumelle dévergondée et décédée pour un rendez-vous avec le président Cadin (Gilbert Servien). L’extérieur de la banque dudit Cadin est l’immeuble de la Banque de France situé au 33 rue de Sèvres, à l’angle du boulevard Raspail. Un plan opportunément cadré coupe la mention « de France » de la façade parce qu’elle affiche, dans la réalité, « Banque de France ».

BourgeoiseEtPuteA

Le rendez-vous entre Muriel et le président Cadin a été tourné en face, à l’hôtel Lutetia. Muriel arrive vêtue d’un manteau qu’elle enlève dévoilant les incontournables fétichistes sous-vêtements et porte-jarretelles. Elle frappe à la machine sur des billets ce que lui dicte Cadin. Inutile de préciser que, selon Gérard Kikoïne, la direction de l’hôtel Lutetia ignorait que l’un de ses salons prestigieux allait servir de décor à une scène de fellation puis de pénétration, c’est même le principe du tournage pirate.

BourgeoiseEtPuteB

La fin des années 1980 met un terme définitif à ces problèmes de décors. Désormais, tout se passera dans une pièce unique, sans dialogues autres que des gémissements et en un jour de tournage. C’est ainsi que le genre pornographique est entré dans l’époque contemporaine en renouant quasiment avec les règles de la dramaturgie classique : unité de lieu, unité d’action et unité de temps.

Joe Gillis

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, Produisons !, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s