[La Scène qui déchire] Le cache-cache poitrine d’Elke Sommer


Du haut de notre XXIe siècle, il est facile de se moquer de Tartuffe, de le traiter de dévot hypocrite parce qu’il refuse de porter ses yeux sur les rondeurs d’une femme sans, pourtant, perdre une miette du spectacle. Après tout, c’est lui qui dit à Dorine : « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessés, Et cela fait venir de coupables pensées » (acte III, scène 2, 1667). Molière ne faisait que reprendre les prescriptions religieuses de son temps. Ainsi Pierre Juvernay, auteur chrétien, a osé écrire un Discours contre les femmes débraillées de ce temps (1637) où le chapitre V est intitulé « Que la nudité du sein féminin est expressément blâmée par l’Écriture sainte ».

Tout cela paraît bien lointain, venir d’une autre époque, du passé. Et pourtant, il n’y a pas si longtemps, la stratégie de Tartuffe était encore mise en œuvre. Max Pécas, par exemple, auteur de « Nudies », dans les années 1970 et 1980, s’est évertué à déshabiller ses actrices sans aucun prétexte autre que celui de dévoiler leur poitrine aux  spectateurs. Mais, auparavant, dans les années 1960, la retenue pourrait l’assimiler à un véritable Tartuffe.

Ainsi, dans Douce violence (1961), Elke (Elke Sommer), une étudiante allemande, danse très sensuellement dans la cabine d’un yacht devant Olivier (Christian Pezey) qu’elle s’est promis d’« éduquer ». Après la fin de la danse, elle entraîne Olivier sur le pont dudit yacht, ils s’embrassent, elle s’étend sur le dos, il vient sur elle. Olivier lui dégrafe son (léger) corsage et dévoile sa poitrine… Mais prend garde à ne pas laisser voir un téton en laissant sa main posé dessus.

DouceViolenceSeinCache

Ce geste sans caresse n’est absolument pas naturel compte tenu de l’intimité brûlante installée entre ce couple naissant, des invitations explicites de Madame et des regards tout autant explicites de Monsieur. Mais la suite est encore plus tartuffienne : quand Olivier se relève pris de remords devant cette conquête trop facile, Elke reste donc sur le dos, allongée… Et c’est elle qui, alors, couvre ses propres tétons ! Là encore, le geste fait artificiel, il est en complet décalage par rapport à la personnalité particulièrement décomplexée d’Elke qui n’hésitera pas, quelques minutes plus tard, à accepter de se faire vendre aux enchères ligotée sur un canapé !

Max Pécas a été contraint à ce jeu de cache-cache poitrine à cause des mœurs de l’époque et de la censure. Il lui était impossible de montrer un homme pelotant les seins d’une femme. Ses futurs films prouveront à quel point il s’agissait bien d’une contrainte pour lui.

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans Think positive, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour [La Scène qui déchire] Le cache-cache poitrine d’Elke Sommer

  1. Angelilie dit :

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s