La « Fin des grands récits » par Hergé, Jean-François Lyotard et Brigitte Lahaie


GrandsRecits

En 1979, Jean-François Lyotard publie La Condition postmoderne : rapport sur le savoir (Minuit) et les « grands récits » de la modernité en prennent pour leur grade ! Non, selon l’auteur, l’histoire de l’humanité n’est pas un long chemin vers l’émancipation. Il n’y a même plus de récit, ni de direction uniques puisque chaque être humain se fixe désormais sa propre orientation et la somme de toutes ces orientations ne chemine pas vers le même objectif !

Trois ans plus tôt, en 1976, Hergé dans Tintin et les Picaros (Casterman), avait déjà mis en scène cette « fin des grands récits ». D’abord parce que, dans cet album, Tintin hésite à se lancer dans l’aventure, il refuse donc dans un premier temps de partir au San Theodoros pour aller s’expliquer avec le général Tapioca qui accuse le capitaine Haddock de fomenter un complot…

Lire la suite de l’article de Marc Gauchée sur tempspresents.com

Publicités
Cet article, publié dans Crisis ? What crisis ?, Philosophons !, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s