[La scène qui déchire] Helen et les garçons dans « Gorge profonde »


L’héroïne de Gorge profonde (Deep Throat de Gerard Damiano, alias Jerry Gerard, 1972) est certes Linda (Linda Boreman, alias Linda Lovelace) découvrant que, comme son clitoris est logé au fond de sa gorge, seule une fellation d’avaleuse de sabre peut lui procurer du plaisir. Ce qui fait qu’elle ne trouve du plaisir qu’en passant par celui des hommes.

Mais Helen (Dolly Sharp), sa colocataire, interprète un personnage réellement et ouvertement émancipée. Car Helen, oisive, vit d’une pension alimentaire et n’est jamais en manque d’idées pour guider Linda sur la chemin de la jouissance. Elle va même jusqu’à inviter 14 gars chez elles… dont elle profite également ! C’est aussi elle qui conseille à Linda d’aller voir le docteur Young (Harry Reems). Et ce dernier réussira à enfin localiser le clitoris de Linda.

dechireDeepThroat

La première scène, après le générique, dévoile le caractère d’Helen. Linda rentre chez elles. Elle voit Helen, jambes écartées dans la cuisine, avec un homme qui lui pratique un cunnilingus. L’homme relève la tête pour regarder qui arrive, mais Helen le replace aussitôt. Sans bouger, Helen ordonne alors à Linda de ranger une boite de corn flakes qu’elle lui tend puis demande à l’homme si la fumée le dérange. Comme il répond non, elle lui dit de continuer pendant qu’elle s’allume une cigarette. En quelques répliques, le personnage est campé : son ascendant sur Linda et sa frénésie de jouissances.

Pas étonnant qu’un peu plus tard, quand les deux copines discutent au bord de leur piscine, Linda dise à Helen : « Tu vois, il doit y avoir quelque chose de mieux à faire que juste s’amuser et baiser ». Et pourtant non !  Tout le programme d’une époque avide d’expérimenter l’étendue de ses nouvelles libertés était là. Même si ces libertés pouvaient s’exercer au détriment de celle des autres. Ainsi, dans son autobiographie,  L’Épreuve (Ordeal, Citadel Press, 1980), Linda Boreman a dénoncé les violences physiques et psychologiques qu’elle a subies pour tourner certaines scènes… le réalisateur Gerard Damiano et l’acteur Harry Reems ont démenti.

Joe Gillis

Publicités
Cet article, publié dans L'Envers du décor, Think positive, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s