Sur les traces] Les Bustes de dessinateurs


Dans le n°58 de Papiers Nickelés (« la revue de l’image populaire »), est reproduite la page du magazine Fantasio du 17 juillet 1909 brocardant la curieuse idée d’élever une statue au dessinateur Jules Baric.

Installée dans le parc Mirabeau à Tours, de cette statue, il ne reste plus qu’une copie en plâtre conservée au musée de la ville, car, en 1942, le buste a été fondu. Pick, l’auteur de l’article de Fantasio, cite également le monument de Paul Gavarni (1804-1866) qui trône place Saint-Georges à Paris. Il fut érigé en 1911 en remplacement d’une fontaine. Et le buste d’Honoré Daumier, place Honoré-Daumier à Valmondois qui fut érigé en 1900.

bustesdessinateurs

Comme l’écrit June Hargrove (« Les Statues à Paris », Les Lieux de mémoire, Pierre Nora (dir.), Gallimard, 1986), c’est sous la IIIe République que la France connut l’apogée de l’art commémoratif à tel point que le mot « statuomanie » se répandit. Le décor urbain était aménagé comme un intérieur bourgeois : surchargé et avec l’horreur du vide ! La Première guerre mondiale mit un terme à cet élan commémoratif.

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans Passerelles entre les arts, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s