À propos de « Rosa Bonheur et Buffalo Bill, une amitié admirable » de Natacha Henry : La Naissance d’un roman


NatachaHenry

Autant je connaissais Buffalo Bill, autant Rosa Bonheur m’était complètement inconnue. Pire, Rosa Bonheur ne pouvait pas être un vrai nom ! Pour moi, ce n’était donc qu’une péniche-bar amarrée devant le quai d’Orsay à Paris. Si bien que, quand Natacha Henry m’a parlé de son projet en cours, elle a dû me raconter qui était cette femme, peintre animalière du XIXe siècle. J’imaginais bien l’intérêt d’un récit genre « Buffalo Bill à Paris », mais raconter une amitié entre une femme de 67 ans et un homme de 43 ans… Et puis elle réussit à me faire appréhender le côté romanesque de cette histoire de « friend zone » partagée et de choc entre ancien et nouveau mondes.

Rosa Bonheur et Buffalo Bill, une amitié admirable (Robert Laffont, 2019) aurait d’ailleurs simplement pu s’intituler « Une amitié admirable ». D’abord parce que ça aurait permis aux maniaques du classement de savoir enfin où le ranger entre les livres d’histoire et les fictions. Ensuite parce que ça aurait marqué plus franchement l’incursion de l’autrice dans le romanesque après la biographie historique, Les Sœurs savantes. Marie Curie et Bronia Dluska, deux destins qui ont fait l’histoire (Vuibert, 2015), et ses autres essais. Il faut dire que Natacha Henry joue elle-même de ce mélange des genres entre histoire et fiction quand elle inscrit, en guise de dédicace : « Cette histoire vraie s’est déroulée en 1889, à la faveur de l’Exposition universelle de Paris ». En fait, le livre marque avec succès le passage de l’essai au roman.

En 1889 donc, Rosa Bonheur vient de perdre sa compagne, Nathalie Micas, qu’elle connaissait depuis le début de son adolescence. Malgré sa tristesse, elle ne résiste pas à aller voir le Wild West Show. le spectacle de William Cody alias Buffalo Bill qui s’est installé à Neuilly. Là-bas, elle rencontre Bill, amateur de ses tableaux. Une amitié nait très vite entre eux deux. Il est marié, elle est homosexuelle, autant dire que la théorie d’Harry Burns (Billy Crystal) dans Quand Harry rencontre Sally (When Harry Met Sally de Rob Reiner, 1989) est assez vite démentie : « Entre hommes et femmes, il ne peut pas y avoir d’amitié parce que le sexe fait toujours barrage ».

Il y a bien d’autres « barrages » à cette amitié, à commencer par le sort humiliant de vaincus réservé aux Indiens dans le spectacle qui choque l’humaniste Rosa. Le récit s’intéresse alors à la façon dont cette femme et cet homme vont lever un à un ces « barrages »  et c’est là que se déploie le romanesque. Pas le romantique en tournant sur une plage avec un chien, mais le romanesque celui qui accueille l’autre, sa sensibilité, sa différence et son histoire avec bienveillance, curiosité et imagination. Bill goûte au plaisir d’une nouvelle forme de relations : « Jamais il ne s’était senti si naturel en présence d’une femme ».

Il faut quand même un point commun pour commencer à s’ouvrir à l’autre. Ce seront les animaux. La peintre animalière en élève et en observe dans son château de By (à Thomery en Seine-et-Marne) et le cavalier ne cesse pas de les soigner : « Amis des animaux, ils parlaient un langage commun, le souci du bien-être de leurs bêtes ». Cette entrée en amitié me rappela comment Ernst Lubitsch met en scène une esquisse de  rapprochement entre classes sociales par animal interposé dans La Folle ingénue (Cluny Brown, 1946). Cluny Brown (Jennifer Jones) d’humble naissance s’est liée avec le chien du noble colonel Duff-Graham (Charles Aubrey Smith) pendant un trajet en train et constate : « C’est fou comme un chien peut rapprocher les gens ».

Munie d’un laissez-passer permanent au Wild West Show, Rosa dessine et peint les bisons, les chevaux, les cowboys et les Indiens. Comme preuve de la profondeur de son amitié amoureuse, elle, la peintre animalière, accepte de faire le portrait de Bill sur son cheval blanc. Les dernières traces de livre d’histoire ont disparu depuis longtemps, désormais, l’émotion romanesque gagne jusqu’à la fin du récit.

Marc Gauchée

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelle génération, Think positive, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s