[La Scène qui déchire] La Nudiste et le chewing-gum


Les camps de nudistes ont été le sujet de moqueries de Jean-Marc Reiser dessinant une petite fille qui se plaignait de toujours trouver des poils dans son assiette ou d’Alex Métayer et Coluche autour de sketches à base de flatulences. Mais ces camps permirent, bien avant, de montrer des gens nus sous le prétexte d’une recherche documentaire voire scientifique ! C’est ainsi qu’en 1933, Elysia (Valley of the Nude) de Carl Harbaugh met en scène le journaliste James Mack qui doit réaliser un article sur la colonie d’Elysia. Il passe donc une journée à « enquêter » au milieu de ces gens qui vivent sans vêtement.

À Elysia, les repas se prennent en commun. Une scène révèle la difficulté à caler sa serviette quand on est nu et dans la nature, c’est-à-dire sans col pour l’arrimer et en plein vent. Une jeune fille a trouvé le truc : elle se colle un chewing-gum sur son torse et y fait ensuite adhérer sa serviette.

ElysiaChewingGum

En fait, la serviette ne tient que parce que la jeune nudiste l’a glissée aussi sous ses bras. Bref, le chewing-gum compte pour du beurre. Il serait juste là pour rappeler que, même nue, une Américaine demeure une consommatrice patriote. La nudiste d’Outre-Atlantique peut bien abandonner, pour un temps, ses vêtements, elle garde toujours à portée de main son chewing-gum, l’un des produits les plus symboliques des États-Unis.

Marc Gauchée

Publicités
Publié dans L'Envers du décor, Think positive | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Bleu comme l’enfer


expliciteMondoCan

Et c’est dans Monde de chien (Mondo Cane de Paolo Cavara, Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi).

Ce premier film de « reportages » mêlant sexe, sensationnel et tourisme présente une série de petites séquences à travers le monde dans le but de choquer ou de surprendre. Monde Cane qui a tout de même été dans la sélection officielle du Festival de Cannes, a lancé le genre « mondo », films construits à partir de reportages racoleurs.

Le film joue d’abord sur l’effet de réalité, ainsi, au début, un avertissement prévient : « Toutes les scènes que vous allez voir dans ce film sont vraies et sont simplement extraites de la vie ». Il joue aussi sur le voyeurisme, sexuel ou violent, en se justifiant : un reporter doit montrer la réalité comme elle est.

C’est ainsi que les seins s’affichent dans les séquences « ethnographiques » sur ces femmes qui jouent à la chasse à l’homme à l’Est de la Guinée ; ces filles engraissées, dans les iles du Pacifique, avant d’être offertes au grand chef (avec une transition délicate puisque ce reportage suit une séquence sur l’engraissement des oies) ou encore une messe dans une mission catholique chez les pygmées…

Les corps féminins en bikini s’affichent dans les séquences « occidentales » sur ces filles de la Côte d’Azur qui tournent en hors-bord autour des navires de guerre américains provoquant l’émoi des marins sur le pont ; sur ces pin-up sans commentaires qui viennent s’intercaler entre deux séquences ou encore sur « l’armée » des nageuses-sauveteuses australiennes.

La séquence sur Yves Klein fait le lien entre la nudité « primitive » et le déshabillé « civilisationnel » : l’artiste, qualifié de « peintre tchèque » (sic), accompagné d’un orchestre, dirige des femmes nues qui s’enduisent de son fameux « bleu » puis impriment une toile. Yves Klein jugea sa performance dénaturée et tournée en ridicule : le montage s’attarde sur les corps féminins, insère des plans de spectateurs stupéfaits et a changé la musique. Si l’on ajoute que cette séquence suit un reportage sur un casse de voiture en Californie et sur les galeries d’art contemporain qui présentent des voitures compressées… Après un malaise en mai 1962, en assistant à l’avant-première de Mondo Cane au festival de Cannes, Yves Klein meurt d’une crise cardiaque le 6 juin 1962.

Publié dans L'Envers du décor, Marre ! | Tagué , , , | Laisser un commentaire

La Trilogie sadique et dénudée d’Audrey Campbell (2/2)


En 1964, Joseph P. Mawra réalise trois films racontant trois épisodes de la vie délinquante d’Olga interprétée par Audrey Campbell : La Maison de la honte (Olga’s House of Shame) en février [1] ; Les Esclaves blanches de Chinatown (White Slaves of Chinatown) en mai [2] et Les Filles d’Olga (Olga’s Girls) en septembre [3]. Au-delà du genre « nudie », une ambiance de violence grand-guignolesque…

Au Royaume de Madame Bricolage

Christophe Bier désamorce l’effet des scènes violentes contenues dans la trilogie en expliquant qu’elles se situent « entre la cérémonie SM et le Grand guignol » (Christophe Bier, op. cit.). Et il est vrai que la vraisemblance de l’ensemble est assez faible. La séquence la plus « Grand guignol » est sans doute celle où Olga doit découper puis brûler le corps d’une fille morte d’overdose afin de faire disparaître toute trace [3]… Si la machette qui va servir est visible, l’opération se déroule en ombres…

OlgaTrilogie4

Avant d’en arriver là, les filles traversent un calvaire qui débute par l’enfermement : dans un cachot et, évidemment, quasiment nue [2] ou dans une cage où la nourriture est servie à même le sol [3]. Quand il n’y a pas de prison, différentes entraves prennent le relais : liens [1 ; 2] ; jougs [1 ; 2] ; croix à l’envers [2] ou suspensions la tête en bas en tournoyant [2] … Les coups pleuvent : avec une matraque [1] ; un fléau [1] ;  une planche à clou sur les fesses [1] ou encore un incontournable fouet [1 ; 3].

La spécialité d’Olga est de pincer et d’écraser diverses parties du corps de ses victimes : les doigts et les mains sont pris dans un étau [1 ; 2] ; les jambes aussi [3] ; les tétons sont pincés [1] ; la poitrine écrasée [3]. Les plans de tours de vis alternent avec ceux des visages des victimes et des parties du corps malmenées, sans grand réalisme malgré la conviction plantureuse des comédiennes.

OlgaTrilogie5

L’escalade des tortures se poursuit avec les brûlures : les seins sont marqués au fer rouge [1], avec une cigarette [2] ou au chalumeau [3]. L’électricité est appelée à la rescousse et quand Judy est interrogée par électrocution, le courant la fait tellement trembler que ses seins sortent de son soutien-gorge [3]. Sadique souvent, mais « nudie » toujours !

OlgaTrilogie6

La maison ne recule devant aucun sévice : Elaine doit prouver sa loyauté absolue à Olga en assassinant une fille sur une chaise électrique [1] ; une autre Elaine (Marlaina Abbie) est soumise et résignée après avoir été violée par Jimmy (Jimmy Lyons), un fidèle d’Olga [2] et Kitty (Ann Pepper), informatrice de la police, est punie par Olga qui lui coupe la langue [3].

Olga, un monstre sous contrôle ?

Certes, Olga est la grande prêtresse de ces tortures et sévices infligées à de pauvres jeunes femmes égarées et droguées. Elle apparaît d’abord comme une femme à la sexualité jugée monstrueuse pour l’époque puisqu’elle n’hésite pas à aller avec d’autres femmes y compris quand celles-ci sont sans défense : quand Jenny (Robin) est attachée avec un joug dans la nature, Olga ouvre son corsage et promène une main sur son torse [1] ou encore Olga caresse une de ses victimes sans connaissance [2].

De plus Olga affiche un plaisir non dissimulé quand Mariana s’apprête à exécuter une danse du ventre devant elle [1] comme pendant les sévices qu’elle inflige à ses victimes [1 ; 2 ; 3]. Ce sourire large se transformant en rire sadique est sensé venir souligner la monstruosité du personnage.

OlgaTrilogie7

Pourtant plusieurs signes rendent la « monstrueuse » Olga finalement assez rassurante pour la gente masculine spectatrice de la trilogie. D’abord Olga appartient à un syndicat dirigé par des hommes dont elle rencontre régulièrement les représentants [1 ; 2 ; 3]. Ce sont aussi des hommes qui lui vendent certaines victimes [3]. Bref les hommes conservent le pouvoir suprême. La preuve de cette soumission d’Olga au pouvoir masculin est son changement de tenue : lorsqu’elle torture, elle est d’abord vêtue d’une chemise blanche, d’un pantalon sombre et de bottes [1] puis d’une tunique de cuir [3], mais quand elle rencontre les représentants du syndicat, elle s’habille plus normalement : une jupe longue et un chemisier blanc [3] ! Olga redevient une femme ordinaire face aux hommes, sa « monstruosité » ne s’exerce donc qu’envers les autres femmes. Et son idéal est de pouvoir organiser son pouvoir sur les femmes en comptant sur des lieutenantes fidèles et semblables à elle : à la fin de La Maison de la honte, Olga dresse une fille comme un cheval en la faisant tourner au bout d’une corde puis passe la rêne à Elaine devenue une « seconde Olga ».

La fin du dernier film de la trilogie, Les Filles d’Olga, est encore plus explicite. Olga doit mater la révolte des filles fomentée par Colette. Les révoltées ont organisé une fête avec un panneau sur le mur claironnant « Under New Management ». Mais Olga veille, se bat avec Colette puis la torture : « Je t’avais dit que tu ne pourrais jamais t’éloigner de moi ». Elle se rend ensuite à la fête et corrige le panneau en barrant « New » pour inscrire « Old ».

OlgasGirls36bis

À une époque où les femmes revendiquaient la maîtrise de leur corps et se battaient pour l’égalité juridique, politique et économique, la trilogie d’Olga livrait une représentation fantasmée du stade ultime de l’entreprise masculine de dressage des femmes. Dorénavant, le dressage ne serait même plus assuré par les hommes, des femmes auraient enfin pris le relais. En ce sens, la trilogie d’Olga, femme libre qui exerce son nouveau pouvoir uniquement contre ses sœurs ou, pour le dire autrement, femme dont le seul bonheur ne concourre pas à celui des autres, pourrait être l’avant-garde du discours du « retour de bâton » (Susan Faludi, Backlash, la guerre froide contre les femmes, Des femmes, 1993) quand les avancées féministes allaient être discréditées en faisant croire qu’elles menaient les femmes au malheur.

Joe Gillis

Publié dans Crisis ? What crisis ?, L'Envers du décor, Philosophons ! | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Concurrence pure et parfaite


bourMaryline

Image | Publié le par | Tagué , | Laisser un commentaire

La Trilogie sadique et dénudée d’Audrey Campbell (1/2)


OlgaTrilogie1

En 1964, Joseph P. Mawra réalise trois films racontant trois épisodes de la vie délinquante d’Olga interprétée par Audrey Campbell : La Maison de la honte (Olga’s House of Shame) en février [1] ; Les Esclaves blanches de Chinatown (White Slaves of Chinatown) en mai [2] et Les Filles d’Olga (Olga’s Girls) en septembre [3].

Les 3 films racontent quasiment la même histoire : il s’agit toujours de mettre en scène de façon complaisante et voyeuriste la menace qui plane sur les honnêtes filles qui vont là où elles ne devraient pas aller ou qui goûtent des plaisirs – la drogue et le sexe – interdits. La menace qui les guette, c’est Olga Saglo interprétée par Audrey Campbell, « le croque-mitaine en cuir et talons aiguilles, l’incarnation démoniaque du mal absolu, avec une rare conviction » (Christophe Bier, Obsessions, Le Dilettante, 2017). C’est elle qui torture ou fait torturer les jeunes filles égarées pour les soumettre totalement à sa volonté et les livrer ensuite à la prostitution. C’est elle aussi qui n’est pas insensible aux charmes de certaines de ses belles esclaves.

Dans La Maison de la honte, Olga, à la fois trafiquante de drogue et maquerelle, a installé son « école du vice et du crime » dans une mine désaffectée et veille à soumettre ses nouvelles victimes. Elaine (Judy Young ) est ainsi « convertie » par Olga qui l’« éduque » pour en faire « une seconde Olga ». Dans Les Esclaves blanches de Chinatown, Olga, toujours dans les affaires de drogue et de prostitution, travaille pour un mystérieux « syndicat » et son quartier général est à Chinatown. Là aussi, elle torture les filles pour en faire des esclaves obéissant à sa seule volonté. À la fin du film, les filles droguées sont devenues des prostituées soumises. Dans Les Filles d’Olga, Olga domine ses victimes en les rendant accro à la drogue qui détruit leur personnalité. Elle achète les nouvelles filles à Johnny Gordon (Gil Adams) et les teste pour être sûre qu’elles valent quelque chose. Elles sont aussi mises à contribution pour conditionner la drogue. La révolte menée par l’une d’entre elles, Colette (Rickey Bells), est bientôt matée par une Olga décidément toujours triomphante.

Cette trilogie de femmes entre elles et où les hommes sont donc quasiment absents, intervient à un moment particulier de l’histoire du cinéma : entre la fin du code Hays et avant le déferlement du cinéma pornographique.

Une trilogie « entre-deux »

Le code Hays est un code d’autocensure institué depuis les années 1930 par les producteurs hollywoodiens pour éviter toute législation fédérale. Or, il est en voie d’être complètement enterré et dépassé par les audaces des réalisateurs. 1964 est d’ailleurs une date-clé quand l’actrice noire Thelma Oliver montre ses seins dans Le Préteur sur gages (The Pawnbroker) de Sidney Lumet, sans être censurée !

Mais la trilogie d’Audrey Campbell précède aussi l’arrivée aux États-Unis des premiers films suédois qui parlent de sexe et le montrent : c’est en effet en 1967 que Je suis curieuse (Jag är nyfiken) de Vilgot Sjöman, film qui mélange fiction et réalité, connaît un énorme succès en Amérique.

Dans cet entre-deux, la trilogie a recours aux artifices pour éviter la censure et aborder des sujets chauds sous des prétextes divers. En 1964, le cinéma a ainsi déjà fait preuve d’une imagination débordante pour avoir de « bonnes raisons » de montrer des corps nus : au nom de l’ethnographie dans Moana de Robert Flaherty ou au nom de la culture du corps dans Force et beauté (Wege zu Kraft und Schönheit) de Nicholas Kaufmann et Wilhelm Prager en 1925 ; au nom du documentaire naturiste dans Elysia (Valley of the Nude ) de Carl Harbaugh en 1933 ; au nom de l’éducation sexuelle dans L’Amour qui tue de Paul Pfeiffer et Fred Barius en 1953 et, enfin, au nom des reportages « insolites » dans Un Monde de chien (Modo Cane) de Paolo Cavara, Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi en 1962.

La trilogie d’Audrey Campbell n’échappe pas au recours à ce genre d’artifices. Certes, tournée en quelques jours et avec des moyens réduits, elle n’a ni eu le temps, ni la volonté de se lancer dans des scénarios et des dialogues très élaborés. C’est pourquoi des voix off, celles de Joel Holt alias Perry Peters et d’Audrey Campbell, racontent les 3 histoires et commentent les péripéties des victimes d’Olga. La voix masculine rappelle celle qui accompagne les actualités cinématographiques et Les Esclaves blanches de Chinatown commence même par montrer des unes de journaux comme pour renforcer le côté reportage sur la drogue qui envahit New York et fait des ravages dans la jeunesse. Seules quelques scènes dans La Maison de la honte sont donc directement jouées et dialoguées, notamment le premier interrogatoire d’une femme enlevée par Olga.

Située dans un « entre-deux », plus trop sage mais pas encore pornographique, la trilogie s’apparente d’abord au genre du « nudie », genre qui regroupe ces films à partir des années 1960 où les actrices sont déshabillées à tout moment sans aller jusqu’au nu intégral, frontal et gynécologique des films X de la décade suivante. Le premier « nudie » est attribué à Russ Meyer, en 1959 : L’Immoral M. Teas (The Immoral Mr Teas). Le genre n’autorise qu’une nudité ciblée et très partielle, c’est pourquoi le « nudie » comporte à la fois des limites et des passages obligés.

Limites et passages obligés d’un « nudie »

Côté limites, le « nudie » autorise à montrer les seins et les fesses, mais jamais la toison pubienne. Le frontal direct est interdit ! C’est ainsi que lorsque Vicki (Veronica Bellach), enceinte, se drogue, elle se tortille sur un canapé et laisse d’échapper un puis ses deux seins de son corsage défait. En revanche la scène de l’avortement est beaucoup plus pudique et elliptique : le médecin d’occasion remontant le drap jusqu’aux genoux de Vicki [2].

OlgaTrilogie2

Quand Olga, séduite par l’une de ses esclaves ayant pourtant perdue connaissance, décide de la caresser et, sans doute, de la violer, elle se déshabille ne laissant voir que sa poitrine et ses fesses [2].

OlgaTrilogie3

Plus tard, lorsqu’Olga se déshabille dans sa chambre pour la nuit, le recours à un paravent et aux ombres chinoises permet de cacher ce qui doit l’être et de laisser entrevoir les contours du reste [2].

White28bis

Les seins sont toujours visibles quand les filles sont torturées, attachées à un arbre [1] ou mises au cachot [2] et quand une fille est prisonnière d’un filet, les pointes de ses seins passent forcément entre les mailles [3] ! Quant aux fesses, soit elles sont montrées directement, soit elles se devinent au travers de sous-vêtements transparents.

Les scènes de déshabillage font partie des passages obligés du « nudie » avec abondance de plans fétichistes sur les sous-vêtements : vues plongeantes dans les décolletés [1 ; 3] ; séances de déshabillage avant le coucher [2 ; 3] ; danses lascives entre filles dévoilant leurs dessous [3]… D’ailleurs, dès la première scène des Filles d’Olga, l’héroïne, après avoir cheminé dans un couloir sombre, regagne sa chambre et se déshabille.

Autres passages obligés qui figurent ou figureront dans de nombreux « nudies » : la douche que répètent Bunny (Loloni Nocolo) puis Judy (Dolly Simmons) [3] ; la bataille entre filles assurée par Colette et Olga qui permet de remonter les jupes sur les culottes et d’ouvrir les corsages [3] ; la masturbation quand Olga se retrouve seule dans son lit le soir [1] ; le lesbianisme quand Marianna (Josel) danse en se déshabillant devant Olga et provoque l’émoi des autres filles qui sortent leur langue, soulèvent leur jupe, enlèvent leur corsage avant qu’Olga et deux autres forment un trio s’embrassant et se caressant sur le canapé [1] ou encore quand Olga et Bunny rivalisent dans un jeu de striptease où elles enlèvent chacune un vêtement à tour de rôle [3].

Mais la trilogie n’est pas un simple « nudie », car les déshabillages en série se produisent le plus souvent dans une ambiance de violences et de contraintes puisqu’il s’agit toujours, pour Olga, de transformer les filles droguées en dociles prostituées.

à suivre…

Joe Gillis

Publié dans Crisis ? What crisis ? | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La révolution se la coule douce


pompTitanic

Image | Publié le par | Tagué , , | Laisser un commentaire

[La Scène qui déchire] Carole trahie moins par son indifférence et par sa poitrine


Dans La Comtesse perverse de Clifford Brown (alias Jess Franco, 1974), Carole (Caroline Rivière) rejoint l’île du comte Rabor (Howard Vernon) et de la Comtesse Ivana (Alice Arno)  Zaroff à la quête de sa sœur mystérieusement disparue. Elle est bien reçue par cet étrange couple d’aristocrates et découvre, dans le salon, les trophées de chasse de la comtesse. Cette dernière énumère : « un sanglier de Hongrie, un ours de Crimée, un chevreuil d’Autriche, un puma du Llanos ». L’énumération se finit par : « Un Indien d’Amazonie » !

LaComtesse2

N’importe qui de normalement constitué ne pourrait s’empêcher de faire le lien entre la disparition de la sœur et le fait qu’une tête humaine soit punaisée au mur. Mais Carole n’est pas n’importe qui. Indifférente, elle ne relève pas, pensant sans doute que l’Indien d’Amazonie est au moins aussi nuisible que le sanglier de Hongrie. Cette absence de réaction désamorce complètement l’horreur du trophée humain, le banalise même puisque personne ne semble s’en émouvoir. L’image qui suit montre d’ailleurs Carole endormie, nue sur un lit, la pointe du téton dressée.

LaComtessePerverse7bis

Mais après une telle indifférence, le spectateur – qui lui anticipe la future monstruosité des Zaroff – ne peut qu’attendre la scène obligatoire : la tête de Carole est condamnée à se retrouver sur le mur desdits Zaroff. La scène est aussi obligatoire qu’attendue en ce qu’elle fait la bande annonce de la chasse à venir et de la collection de trophées à enrichir. Pourtant, Jess Franco se contente de montrer l’étape intermédiaire : Rabor entame à la scie le cou de l’infortunée Carole étendue nue, puis Ivana en profite pour caresser la poitrine de la morte.

LaComtesse3

Second et ultime signe de la réduction de Carole à un corps pour « nudie ». Il faut cependant distinguer la partie exhibée : le sein ou la poitrine sont banals et relèvent de la simple loi du genre « nudie » mêlant, ici,  érotisme et violence. En revanche, chez Jess Franco, c’est l’exhibition du pubis qui désigne la femme aimée ou digne d’amour. Carole a décidément tout faux.

Marc Gauchée

 

 

 

Publié dans L'Envers du décor, Philosophons ! | Tagué , , , , | Laisser un commentaire