Jean-Luc Delarue prend sa retraite


La jeunesse ne dépend pas forcément du nombre des années. Il arrive que la relation soit même inversement proportionnelle. Agnès Varda (81 ans) avec Les Plages d’Agnès ; Clint Eastwood (79 ans) avec Gran Torino et aujourd’hui Woody Allen (74 ans) avec Whatever works nous ont offert parmi les films les plus frais des six derniers mois.

La vieillesse est souvent décrite comme une chute, une décadence voire un naufrage. Du point de vue de la santé, c’est assez incontestable, mais d’un point de vue spirituel, si on traverse la vie avec curiosité, c’est une période où l’être s’épure et se libère. À ce titre, les dernières œuvres des artistes sont passionnantes. Miro purifie et minimalise à l’extrême sa peinture, Céline pousse toujours plus loin son style jusqu’à nous y perdre et Ford filme un premier western du point de vue des Indiens.

Deleuze a dit des choses sublimes sur la vieillesse (voir la vidéo) :

« Quand on est vieux, on est beaucoup plus désintéressé, on aime les gens vraiment pour eux-mêmes. J’ai l’impression que ça affine la perception des choses que je n’aurai pas vues avant, des élégances auxquelles je n’aurai pas été sensible, là je les vois mieux car je regarde quelqu’un pour lui-même (…) et puis la merveille, c’est que la société vous lâche, alors ça, être lâché par la société c’est un tel bonheur ! (…) Il suffit de se secouer un peu pour que ça tombe, tous les parasites que vous avez eu sur le dos toute la vie tombent, et il reste plus qu’autour de vous, des gens que vous aimez et qui vous supportent. (…) Un vieux qui n’est rien que vieux, c’est l’Etre pur. »

Revenons à Woody Allen et son dernier film Whatever works. Il est drôle et c’est déjà ça.

Ce film dit aussi quelque chose de simple et donc assez génial, « Whatever works ». En clair et sans rien dévoiler du film : peu importe, si ça marche. Avoir 20 ans et vivre avec quelqu’un de 60 ans ? Peu importe, si ça marche. Je vis avec 2 femmes qui elles-mêmes vivent avec 2 hommes ? Peu importe, si ça marche…

Cette petite phrase de rien du tout fait un bien fou. W. Allen nous libère d’un seul coup de tout besoin de normalité que nous impose la société. Il nous dit que la seule norme pour un être humain, c’est d’être bien là où il est. Ce n’est pas si simple. Cela impose d’avoir le courage de partir ou de changer.

Malheureusement, toute bonne nouvelle arrive accompagnée de son cortège de mauvaise. Whatever works signe la mort des émissions de Jean-Luc Delarue. Un véritable drame…

Augustin B.

Publicités
Cet article, publié dans Philosophons !, The Movie Library, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Jean-Luc Delarue prend sa retraite

  1. Ekrem dit :

    ça donne presque envie d’être vieux plus rapidement…
    Paraît que les société occidentales sont de plus en plus vieilles, est-ce que cela veut dire qu’elles seront plus refléchies, raisonnable, désintéréssées, bref meilleures, tel ce cher Deleuze? Malheureusement j’en doute ! Mais si ça se confire pur le monde artistique alors c’est déjà pas mal 😉

    • Gil dit :

      j’espère que ça va se confirmer …. car j’ai passé 70 ans ….et n’en suis pas là … tous les espoires me sont permis .

  2. N’oublions pas Manoel de Oliveira, 101 ans, et l’un de ses derniers films en date: SINGULARITÉS D’UNE JEUNE FILLE BLONDE. Une merveille!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s