A cette société de lâches, agrippés à leur petite carrière à la con et à leur sale pognon


…dixit Jean-Daniel Vivès, évoquant l’océan de complaisance dans lequel baigne la France, dans un portrait que lui consacrait Libération, le mois dernier. « Indigné tout-terrain », comme le titrait le quotidien, avant de décrire le parcours peu commun de ce fromager (« Fromages et Ramage », rue Ramey, dans le 75018), ex-journaliste chez France 3 (avec qui il est en procès pour une accumulation de 400 CDD en neuf ans), auteur d’un Journal d’un enragé un peu dérangé et très con (préfacé par le cinéaste Thierry Jousse) et réalisateur d’un docu-fiction, Sarkozy et moi.

En lisant l’article, on découvre donc que Jean-Daniel en veut à la terre entière (à Sarko, forcément, aux décideurs télé, forcément, à Stéphane Guillon – pourtant l’auteur de la rigolote affiche ci-dessus… et même à Libération, pas assez radical d’après lui), qu’il écoute logiquement Alain Bashung et Tom Waits, qu’il lit logiquement Céline et Nietzsche… on réfléchit quelques instants, puis on s’interroge : faut-il soutenir ce vent d’indignation contre tout, et tout le monde ? Notre société mérite-t-elle qu’on s’énerve en permanence contre elle ? Regardons autour de nous. Que voyons-nous ? Des inégalités, des conflits d’intérêt, des injustices. Les exemples ne manquent pas (le dernier en date ? Pierre Sarkozy – que dis-je, DJ Mosey – rapatrié en Falcon de l’escadron présidentiel, aux frais de l’Etat donc, pour une minable intoxication alimentaire). Mais acceptons-nous vraiment, au fond, de nous élever contre ça ?

Chacun à sa manière, probablement. Par le ralliement à un parti politique, par la rédaction d’un article sur un blog, par le soutien à une association en dehors du boulot. Mais trop souvent, certainement, les raisons sont trop nombreuses de s’en tenir là, d’éviter d’avoir à affronter les problèmes à bras le corps. Difficile de bouleverser son quotidien. Un engagement total exige des sacrifices. Un don complet de soi, et de son temps. Alors trop souvent, on se laisse rattraper par une pensée qui soulage : changer le monde, c’est un rêve de jeunesse. Et une certaine lassitude finit naturellement par l’emporter. Que les jeunes prennent la relève. Moi je prends de l’âge, ma meuf attend un môme et j’ai un emprunt sur le dos. En plus c’est la crise, le chômage fait des ravages… non sérieusement, je ne peux pas passer ma vie à me battre, surtout par les temps qui courent.

Dans ces conditions, on peut penser ce qu’on veut de l’indignation « tout-terrain » de Jean-Daniel, mais une chose ne peut en tout cas lui être enlevée : le dédain des privilèges. C’est une qualité rare, admirable. Jean-Daniel est énervé, et il le fait savoir, en dépit des conventions, outrepassant la censure. Un peu comme Maurice Pialat à son époque, dans les films duquel sourd une colère incurable. Car il y a mille manières de gueuler. Reste à chacun de trouver celle qui lui est propre.

Gabriel L.

Publicités
Cet article, publié dans Marre !, Politique & Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour A cette société de lâches, agrippés à leur petite carrière à la con et à leur sale pognon

  1. Adam Belinski dit :

    Si c’est le mec de la boutique « Fromage et ramage »… va y faire un tour.
    C’est la rue Ramey. Y’a une station de vélib’ pas loin (vélo construits par des ouvriers hongrois payés au tiers du SMIC ou à peu près) et une station d’autolib’ proche depuis peu (autos qui consomment l’électricité pour quelques uns quand on impose à tous 3 poubelles dans nos cuisines si étroites)… Un vrai « espace civilisé » comme on dit.

  2. CINETHINKTANK dit :

    Et encore, s’il ne s’agissait que de la rue Ramey 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s